Barrages routiers en Guadeloupe : pas d'amélioration, ce matin, sur les axes stratégiques

social
Barrage à Baie-Mahault, non loin du local de la Red Star - 25/11/2021
Barrage à Baie-Mahault, non loin du local de la Red Star - 25/11/2021 ©Gessy Blanquet
Les forces de l'ordre sont à pied d'œuvre, pour lever les barrages routiers qui occupent la chaussée, en de très nombreux points du réseau routier de la Guadeloupe. Mais le gros des barricades reste positionné, ce jeudi matin. D'autres voient même le jour, d'heure en heure.

On ne peut pas vraiment parler d'amélioration de la situation, ce jeudi matin, 25 novembre 2021, ni sur le terrain, ni sur le plan des négociations. La crise sociale et ses conséquences perdurent, en Guadeloupe.

Globalement les mêmes barrages, plus de nouveaux

Le territoire reste globalement paralysé, en ce onzième jour de grève générale illimitée, lancée à l'origine contre la vaccination obligatoire et le pass sanitaire, mais où les personnes mobilisées ont aussi des revendications sociales et économiques.
Les axes stratégiques sont toujours occupés par des blocages et ceux qui les ont érigés.

Pourtant, il y a eu douze levées de barrages, durant la nuit, en Grande-Terre et en Basse-Terre.

Levée de barrage, au niveau du rond-point de Routa, à Lamentin, par la gendarmerie. ©Gessy Blanquet - Guadeloupe La 1ère

Mais, parfois, sitôt les forces de l'ordre parties, les barricades sont remises en place.

On peut dire que les matins se suivent et se ressemblent, en quelques sortes. On a des frontières qui sont bien installées, sur les routes principales, qui n'ont pas bougé.

Sully, Pandolf, directeur de Route de Guadeloupe

C'est le cas à Vieux-Habitants, à Montebello/Petit-Bourg, à La Boucan/Sainte-Rose, Mare-Gaillard/Le Gosier, ou encore à Perrin/Les Abymes.
A Mahault/Pointe-Noire, les barrages sont toujours en place :

Barrage de Mahault, à Pointe-Noire - 25/11/2021
Barrage de Mahault, à Pointe-Noire - 25/11/2021 ©Laura Sene
Barrage de Mahault, à Pointe-Noire - 25/11/2021
Barrage de Mahault, à Pointe-Noire - 25/11/2021 ©Laura Sene


Un arbre barre le passage à Quatre Chemins aux Abymes.
Sur plusieurs petites routes des Grands-Fonds, des hommes encagoulés coupent, encore à cette heure, des arbres, pour empêcher toute circulation.
Dans le quartier de Bouliqui, aux Abymes, où un jeune homme a reçu une balle à la jambe, hier, on ne passe pas non plus, malgré les opérations de libération de la chaussée menées ce mercredi ; il y a un brasier, sur place, ce matin.
Un feu nous aussi été signalé, sur la route de Zevallos, au Moule.
Du côté de Basse-Terre, la circulation est difficile à Rivière-des-Pères, où le barrage avait été complètement nettoyé, hier, par les autorités ; les automobilistes doivent, comme en de nombreux autres points, slalomer entre les détritus.

On note aussi les premiers barrages érigés à Lamentin et à Baie-Mahault (Outre ceux de la semaine dernière, à la Jaille, sur la RN1). Les portes d'entrée du bourg de Baie-Mahault sont obstruées : Fonds Sarail, Beausoleil et Destrellan.

Barrage enflammée à Fonds Sarail, à Baie-Mahault - 25/11/2021
Barrage enflammée à Fonds Sarail, à Baie-Mahault - 25/11/2021 ©Gessy Blanquet
Barrage au rond-point de Fonds Sarail, à Baie-Mahault - 25/11/2021
Barrage au rond-point de Fonds Sarail, à Baie-Mahault - 25/11/2021 ©Gessy Blanquet

Et, ce matin, à la section Bernard du Gosier (non loin de Mare Gaillard), on passait...

Bernard/Le Gosier, on passe... ©Gessy Blanquet - Guadeloupe La 1ère

Mais, quelques minutes après, on ne passait plus !

Bernard/Le Gosier, on ne passe plus ! ©Gessy Blanquet - Guadeloupe La 1ère

Les barricadiers jouent avec les nerfs des automobilistes.

Des faits de violence à déplorer

La soirée a été, semble-t-il, plus calme que les précédentes.
Des heurts nous ont tout de même été signalés, notamment à Baie-Mahault et à Morne-à-l'Eau. Une poignée de manifestants a tenté de résister, là où les forces de l'ordre se sont attelées à lever les barrages.

"L’intervention, en soutien de l’antenne locale du GIGN, a mis en échec un groupe d’individus qui tentait de s’en prendre à la brigade de gendarmerie de Morne-A-l’Eau'" indique la préfecture, qui ajoute que "dix interpellations ont eu lieu, sur l’ensemble du département et feront l’objet d’un traitement judiciaire".

Parmi les évènements délictuels survenus, hier, une supérette de Vieux-Habitants a été éventrée, à l'aide d'un engin mécanique. Les malfaiteurs n'ont vraisemblablement pas réussi à emporter leur butin...

Ecomax de Vx-Habitants - 24/11/2021
Ecomax de Vx-Habitants vandalisé et pillé - 24/11/2021

Certains commerçants passent leurs nuits devant ou à l'intérieur de leurs établissements, pour éviter tout cambriolage ou toute dégradation de leur gagne-pain.

Blocage des services

Victimes collatérales de la situation actuelle, plusieurs services publics sont fermés et ne peuvent recevoir les usagers, comme le Département, la sous-préfecture ou encore la préfecture. Les usagers des services de l'Etat sont invités à se rendre sur le site internet de la préfecture.
www.guadeloupe.gouv.fr/demarches-administratives.
Les écoles, collèges et lycées ont gardé portes closes, ce jeudi. Le Rectorat fera le point, cet après-midi, pour identifier les établissements où les cours pourront reprendre en présentiel, dès demain.
La Poste fait aussi savoir que plusieurs de ses agences et centres de tri, ne peuvent ouvrir, ce jour. Les services financiers sont opérationnels, en distanciel ; trois numéros sont à votre disposition : 3631 (pour les particuliers) / 3634 (pour les professionnels) / 3639 (pour les opérations bancaires).

Des initiatives, pour une sortie de crise

Mercredi 24 novembre 2021, en toute discrétion, les présidents des Conseils Régional et Départemental, Ary Chalus et Jean-Philippe Courtois, le président et le secrétaire général de l’Association des Maires, Jocelyn Sapotille et Christian Baptiste, ainsi que le président de la Communauté d'agglomération du Nord-Basse-Terre (CANBT), Guy Losbar, ont reçu une délégation de citoyens, mobilisés sur les barrages et par la situation de crise que traverse la Guadeloupe, depuis quelques jours.

Après exposés et échanges, les parties ont arrêté les dispositions suivantes :

- Ils déplorent et dénoncent les évènements qui se sont produits aux ABYMES, section BOULIQUI dans la nuit du 23 Novembre 2021. Ils demandent en conséquence qu’un éclairage entier soit apporté sur cet incident ;

- Ils appellent à la conscience et à la vigilance de tous afin qu’un climat apaisé soit maintenu sur le territoire ;

- Ils demandent à l’Etat la tenue, dans les 48 heures, d’une rencontre avec tous les acteurs concernés par la résolution et la sortie de la situation de crise.

Jocelyn Sapotille, Ary Chalus, Jean-Philippe Courtois, Guy Losbar et Christian Baptiste

Réunion du 24/11/2021 entre élus et un "collectif de citoyens"
Réunion du 24/11/2021 entre élus et un "collectif de citoyens"
Réunion du 24/11/2021 entre élus et un "collectif de citoyens"
Réunion du 24/11/2021 entre élus et un "collectif de citoyens"

Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, quant à lui, prévoit de consulter les élus de Guadeloupe, aujourd'hui et demain, pour faire un point sur la situation, sur les plans sanitaires, sécuritaires et social. "Une attention particulière sera portée aux priorités de la jeunesse guadeloupéenne", écrit-il dans un communiqué. Deux visioconférences sont programmées : ce jeudi, à 11h30 (heure de Guadeloupe), avec les maires, le préfet et des cabinets des ministres de l'Intérieur et de la Santé, puis vendredi, à 10h, avec les présidents des conseils Régional et Départemental, ainsi que les parlementaires du territoire.

Par ailleurs, l'Association Cohésion Sociale et Libertés Républicaines, dont le président d'honneur est Amédée Adélaïde, appelle "tous les Guadeloupéens de bon sens" à une manifestation "pour une Guadeloupe apaisée". Ses membres entendent se réunir samedi 27 novembre, à 10h00, à la gare routière de Bergevin, à Pointe-à-Pitre.

Les autorités n'ont toujours pas fixé de rendez-vous au Collectif en lutte contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire, à l'origine de la grève générale illimitée qui sévit actuellement, dans l'archipel.