Les agriculteurs attendent eux aussi la réouverture des restaurants

agriculture
Marcel Tirolien en récolte
©J. Champion
Après deux mois et demi de fermeture, la réouverture des restaurants, qui devrait être autorisée à partir du 2 juin, va soulager les professionnels de ce secteur, mais aussi les agriculteurs qui les fournissent. Témoignage d’un producteur de Baie-Mahault.
A partir du mardi 2 juin, les restaurants situés en zone verte devraient pouvoir à nouveau accueillir leurs clients en salle, dans le cadre de la deuxième phase de déconfinement annoncée par le gouvernement. Le Premier ministre, Edouard Philippe, doit préciser ce jeudi 28 mai les modalités officielles de cet acte II du déconfinement. 
La restauration est l’un des secteurs plus touchés par la crise du COVID-19, même si, depuis la fermeture imposée dès le 15 mars, certains établissements ont tenté de limiter la casse en pratiquant la vente de plats à emporter ou la vente en drive. D’autres sont au bord du dépôt de bilan. 
Pour reprendre leur activité classique, ces professionnels vont devoir respecter un protocole sanitaire strict (avec notamment un mètre de distance entre les tables), qui aura pour conséquence de réduire le nombre de couverts, donc les recettes.
 

Il livrait deux restaurants gastronomiques

Cette réouverture est tout de même très attendue par les restaurateurs, et aussi par ceux qui les approvisionnent en produits frais : légumes, fruits, viande, poisson. Illustration avec un agriculteur de Baie-Mahault, Marcel Tirolien, qui travaille avec deux restaurants gastronomiques, fermés depuis deux mois et demi. Ecoutez son témoignage :
 

Marcel Tirolien témoigne

Marcel Tirolien
©J. Champion

« Les livraisons que j’assurais pour ces deux restaurants, en légumes et fleurs comestibles, représentaient les trois quarts de mon chiffre d’affaires. C’est donc une perte sèche ». 

Exploitation Le Pré Vert
L'exploitation "Le pré vert" à Baie-Mahault, cultive notamment des fleurs comestibes, commandées spécifiquement par des restaurants gastronomiques. ©J. Champion