L'exposition "Fragmentation", née durant le confinement, d'Isabelle Firmo Marchais

exposition baie-mahault
Exposition Fragmentation d'Isabelle Firmo Marchais

A travers ses toiles de la collection "Fragmentation", exposées à Jarry jusqu'à fin avril, Isabelle Firmo Marchais a symbolisé ce que le confinement a fait de nous : il nous a fragmentés. Mais l'humain a repris le dessus et a trouvé les voies et moyens de recoller les morceaux et de se reconstruire

Les Guadeloupéens ont jusqu'à fin avril pour découvrir les peintures d'Isabelle Firmo Marchais, rassemblées dans l'exposition baptisée "Fragmentation". Le vernissage a eu lieu vendredi 19 mars 2021, dans la salle Corpo Art', à Jarry.

Invitation vernissage Exposition Fragmentation d'Isabelle Firmo-Marchais

Cette collection de toiles à l'acrylique compte 22 oeuvres, qui ont vu le jour pendant la période de confinement, en Guadeloupe.

La crise sanitaire a accentué la "fragmentation" de la société. Mais de cette fragmentation est née de très belles initiatives solidaires. Certains ont enfin pu poser un regard sur leur voisin, d’autres ont connu la joie d’exprimer et de ressentir un sentiment de fraternité et de solidarité, etc. Nous pouvons aujourd’hui mieux jouer et construire collectif. Tous ces petits fragments colorés de mes toiles, de mon être, symbolisent une humanité à réinventer...

Isabelle Firmo Marchais

Toute une symbolique que nous explique de vive voix la peintre :

©Paul-Henri Schol et Daniel Querin - Guadeloupe La 1ère

D'où le fait que ses créations très colorées transpirent la joie, l'épanouissement et l'enthousiasme.
Voici un avant-goût de ce qui vous attend, à Corpo Art' :

©Daniel Querin - Guadeloupe La 1ère

Isabelle Firmo Marchais défend l'idée que le propre de l'artiste est d'exprimer des sentiments, mais aussi de permettre à ceux qui découvrent leurs oeuvres d'en ressentir, voire de les extérioriser... une thérapie, en quelques-sortes, qui peut être très bénéfique en ces temps difficiles.

©Paul-Henri Schol et Daniel Querin - Guadeloupe La 1ère

Ainsi est née "Fragmentation". La plasticienne, dont le premier métier est l'audiovisuel, secteur considéré par les autorités comme "non-essentiel", a laissé son moi intérieur s'exprimer sur la toile, en passionnée qu'elle est.