guadeloupe
info locale

Les catégories d’ouragans

catastrophes naturelles
Ouragan Maria
Un phénomène cyclonique est caractérisé par l’intensité de ses vents. Plus ils sont forts, plus les dégâts qu’ils peuvent causer sont importants. Et, pour rendre cette puissance plus palpable, pour la population, une classification a été instaurée : l’échelle de Saffir-Simpson.
 
D'abord, un peu de vocabulaire :

Si la vitesse du vent de la perturbation est inférieure à 63 km/h, on parle de « dépression tropicale ».

Si les vents mesurés sont compris entre 64 et 117 Km/h, il s’agit d’une « tempête tropicale ».

Le stade « ouragan » est atteint, dès lors que les vents dépassent les 118 km/h ; c’est à ce moment là que le phénomène est catégorisé, suivant l’échelle Saffir-Simpson. Une classification de l’intensité des cyclones, qui porte le nom des deux chercheurs qui l’ont créée, en 1969 : l’ingénieur Herbert SAFFIR et le Docteur Robert SIMPSON.

A partir de 178 km/h (catégories 3, 4 et 5), les populations doivent se préparer à subir le passage d’un « ouragan majeur ».
 
Catégories d'ouragans
A chaque catégorie correspondent des impacts potentiels.
Nota Bene
Pour calculer la vitesse des vents d’un phénomène météorologique, ceux-ci sont enregistrés, durant une minute, à 10 mètres d’altitude. C’est la moyenne des mesures ainsi obtenues qui est retenue.
 
Publicité