publicité

La CGTG pose un ultimatum à Ary Chalus

En grève depuis plusieurs mois dans le secteur de la Banane, le syndicat dirigé par Jean-Marie Nomertin passe à l'offensive. Il souhaite désormais une intervention décisive de la région dans ce conflit

  • FJO avec E. Stimpfling
  • Publié le , mis à jour le
Un ultimatum formulé par les responsables de la Confédération lors d'une conférence de presse à son siège. Depuis plusieurs mois, la CGTG s'est engagée totalement aux côtés des ouvriers de la banane et après une victoire devant la justice face à la Plantation Bois Debout, elle souhaite qu'une jurisprudence intervienne pour que toutes les plantations de Guadeloupe accordent à leurs ouvriers les mêmes conditions que celles obtenues par ceux de Bois Debout.
Mais l'affaire est loin d'être entendue de la sorte par les gérants des plantations. Le mouvement actuel concerne en premier lieu la plantation Changy-Dambas.
Mais cette fois la CGTG a choisi de changer de statégie. Lors de sa conférence de presse, elle a donc annoncé qu'elle lance dés aujourd'hui un ulltimatum au président de Région : "Si le conseil Regional n'intervient pas dans la filière banane, il y aurait des perturbations sur le Tour de la Guadeloupe cycliste"
VOIR : Jean-Marie Nomertin secrétaire de la CGTG
JEAN MARIE NOMERTIN

© E Stimpfling
© E Stimpfling
Reste à savoir comment la collectivité régionale, et en premier lieu son président, répondra à cet ultimatum.
Le Tour cycliste international de la Guadeloupe sera lancé dans une semaine.

SUR LE MEME SUJET : 
- La banane : les raisons de la colère 

 

Sur le même thème

  • conflit social

    Conflit des avitailleurs : Le personnel de Guadeloupe menace de débrayer

    Les salariés du GPAP (groupement pétrolier d'avitaillement de Pointe-à-Pitre) vont-ils mettre leur menace de débrayage à exécution aujourd’hui ? Ils sont solidaires de leur collègues de Martinique et menacent de perturber les approvisionnements des avions à l’aéroport Pôle Caraïbes. 

  • conflit social

    Les raisons du blocage du pont de la Boucan

    Ce lundi 24 juillet 2017, le pont de la boucan à Sainte-Rose a été bloqué plusieurs heures par les membres d'un collectif de planteurs de canne. Ils s'élèvent contre la décision de l'usine de Gardel de ne pas leur payer des cannes jugées "ni saines, ni loyales, ni marchandes".

  • conflit social

    La mobilisation autour du Karissima se poursuit

    4 jours après la destruction du restaurant Karissima Plage, démoli sur décision de justice pour occupation illégale du domaine public maritime, la risposte s'organise. Hier, avec son avocat et le collectif des résidents de Grand-Baie, il a fait le point sur l'affaire.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play