publicité

Le CIMGUA ouvre officiellement ses portes aujourd’hui

Après des années d’attente, le centre d’imagerie moléculaire de la Guadeloupe, avec son Tep Scan et son Cylotron va enfin démarrer son activité. Il accueille son premier patient demain.

© Région Guadeloupe
© Région Guadeloupe
  • Peggy Robert
  • Publié le , mis à jour le
Le Centre d’imagerie moléculaire de la Guadeloupe accueillera son premier patient demain, mardi 19 juin. Mais la cérémonie officielle d’ouverture a lieu ce lundi matin en présence du président de Région, Ary Chalus, du président du CIMGUA et de la SEM Patrimoniale Guy Losbar, et de plusieurs personnalités de la Caraïbe, invitées.
Avec son Tep Scan et son Cyclotron, cet équipement de pointe va permettre de détecter plus précocement les cancers, mais aussi d’établir des diagnostics de maladies cardiovasculaires et neurologiques.

Une détection précoce des cancers

Après une bataille avec la Martinique sur le choix d'implantation, et après des mois de report pour des raisons techniques, il ouvre enfin. Le CIMGUA, le Centre d'imagerie moléculaire de la Guadeloupe, c'est, en fait, deux équipements. D'un côté le TepScan, qui sert de scanner.
© Région Guadeloupe
© Région Guadeloupe
C'est une caméra qui permet de détecter les tumeurs cancéreuses. Et de l'autre, le cyclotron, il fabrique, lui, les marqueurs radioactifs, les fameux isotopes qui sont injectés dans le sang du patient. Certains vont, par exemple, s'accumuler dans les zones cancéreuses, pour rendre possible leur détection au TepScan. 
© Région Guadeloupe
© Région Guadeloupe
Cet équipement permet de détecter plus tôt les cancers. Et qui dit diagnostic précoce dit plus grandes chances de guérison. Ces équipements permettront aussi d'établir des diagnostics de maladies cardio-vasculaires et neurologiques. 

1 700 nouveaux cas de cancer chaque année

Autre avantage évident, les patients vont réduire ainsi, le coût et le stress liés aux déplacements vers l'Hexagone. 
1 700 nouveaux cas de cancer sont détectés chaque année en Guadeloupe. Le CIMGUA se donne pour objectif de pratiquer 2 000 examens par an. Un chiffre qui devrait augmenter rapidement, puisque la Région a pour ambition de faire de l'archipel une destination phare en matière de tourisme de santé. 
Le cylotron de la Martinique sera, lui, opérationnel en décembre 2018. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play