publicité

Un couple arrêté à l'aéroport. Il est soupçonné d'avoir mis le feu à la maison qu'il louait depuis 30 ans à Pointe Noire

Un incendie, vraisemblablement volontaire, a entièrement détruit hier une habitation à Pointe Noire. Ce serait le couple qui l'occupait depuis 30 ans qui aurait mis le feu. Les forces de l'ordre les ont interceptés à l'aéroport Pôle Caraïbes alors qu'ils s'apprêtaient à quitter la Guadeloupe

l'habitation réduite en cendres
l'habitation réduite en cendres
  • FJO avec L. Guiolet-Oulac
  • Publié le , mis à jour le
C'est hier matin que, arrivés sur place à Belle Hôtesse Pointe Noire que les propriétaires de la maison découvrent la triste réalité : Il ne reste plus rien. L'incendie a entièrement ravagé l'endroit ne laissant que des restes carbonisés de ce qui était jusque là une habitation. 
Ils l'avaient louée, il y a de cela une trentaine d'années à un couple qui souhaitait y habiter. Le loyer n'était pas très élevé, à peine 200 Euros jusqu'à tout récemment. Mais depuis, les occupants en avaient fait une table d'hôtes. Et les relations, qui n'étaient déjà pas très bonnes avec le voisinage, s'étaient aussi détériorées avec les propriétaires, quand ces derniers ont décidé de changer le bail à usage d'habitation en usage commercial. 
Le couple, âgé d'une soixantaine d'années, ne l'entendaient pas de cette oreille. Ils sont soupçonnés d'avoir mis le feu avant de quitter les lieux. Mais visiblement, à voir leur page Facebook, il n'y aurait aucun doute quant à leurs intentions...
 L'oasis 
C'est à l'aéroport qu'ils ont été interpellés par les Forces de l'Ordre. Ils étaient prêts à quitter la Guadeloupe. L'enquête devra maintenant démontrer leur responsabilité dans l'incendie. Ils risquent une forte peine

 

Que dit la loi ? :
Les incendies sont pénalement qualifiés suivant les circonstances volontaires ou involontaires, la nature des biens incendiés, les risques causés aux personnes et la gravité des dommages qui en résultent. Article 322-5 à 322-11 du Code pénal.
Les peines encourues vont d’un an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende à la réclusion criminelle à perpétuité et 150 000 € (en cas de mort). Les tentatives d’incendie sont systématiquement punissables.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play