guadeloupe
info locale

Coronavirus Covid-19 : 3 cas suspects en Guadeloupe, analyses en cours pour lever le doute

coronavirus
Coronavirus
©geralt
Trois cas suspects de Coronavirus en Guadeloupe, mais non avérés, ont été recensés. Dans le même temps, les autorités locales se préparent... Une réunion d'urgence s'est tenue ce jeudi matin (27 février) pour trouver des solutions en cas d'une éventuelle situation d'épidémie.
Selon nos informations, trois patients sont sous surveillance afin de lever le douter sur une possible contamination au coronavirus. 
 

Pas de symptômes mais un séjour dans une zone à risque

Les trois personnes ont été examinées ce matin, au CHU. Ce sont des patients asymptomatiques renvoyés chez eux avec vigilance renforcée. Il s'agit d'une famille dont l'un des membres a séjourné dans une zone infectée par le virus. Ces personnes ont contacté le SAMU pour une prise en charge, "respectant les procédures arrêtées par les autorités locales et nationales. 
Des prélèvements ont été réalisés. Les analyses sont en cours dans un laboratoire spécialisé guyanais, le Centre hospitalier Andrée Rosemon. Les résultats devraient intervenir sous 48 heures. 
 

Pas de cas en Outre-mer selon Annick Girardin

Dans l'après-midi (27 février), Annick Girardin n'a pas évoqué ces cas. Elle a appelé au calme. La crainte face au coronavirus "est légitime", mais "le gouvernement prend toutes les mesures pour empêcher sa propagation au plan national comme dans les Outre-mer", a assuré jeudi la ministre des Outre-mer Annick Girardin à l'AFP, appelant "à la vigilance et au calme".
"La crainte est légitime, parce que ce coronavirus on en entend beaucoup parler, et quand on vit sur une île - c'est la grande partie des territoires d'Outre-mer en dehors de la Guyane - on sait bien ce que ça peut vouloir dire dans un milieu aussi fermé", a reconnu Annick Girardin. 
Plusieurs territoires connaissent en effet un vent de panique, avec des manifestations contre la venue de touristes et des rumeurs alarmistes sur les réseaux sociaux.
"Il n'y a pas" actuellement de cas d'infection au coronavirus en Outre-mer, a rappelé Mme Girardin.
"On sait soigner ce type de maladie sur le sol français, dans les territoires d'Outre-mer comme dans l'hexagone", a-t-elle insisté.
Elle a aussi appelé "à la vigilance et au calme" et invité la population à "aller sur le site internet du gouvernement pour avoir toutes les informations".
"La peur est la première des réactions et communiquer sa peur avec les réseaux sociaux c'est extrêmement facile", mais "dans ce cas, l'information doit être officielle", a-t-elle insisté.
Elle a précisé qu'une "déclinaison" du numéro vert d'information déployé dans l'Hexagone, "va se mettre en place dans les Outre-mer, pour qu'on n'ait pas de difficultés de décalage horaire".
Avec les préfets et les Agences régionales de santé, la ministre dit avoir fait "un point précis" notamment pour "définir les hôpitaux de référence, les procédures d'isolement si nous devions le faire, les organisations d'évacuations sanitaires dans certains cas si ça pouvait être nécessaire". 
"Une évaluation des stocks de masques" a également été faite, et les autorités ont déterminé "quel territoire peut faire des tests et analyser les tests" et lesquels devront "les envoyer ailleurs parce qu'ils n'ont pas obligatoirement les laboratoires".
Même si aucun territoire n'est pour l'instant touché, "je voudrais que chacun s'y prépare, parce qu'une île ça n'empêche pas l'arrivée d'un virus". "Je veux rassurer, tout en disant +préparons nous+", a-t-elle insisté. 
 

18 à 38 cas confirmés en France

Le nombre de personnes infectées par le nouveau coronavirus en France a connu une "augmentation sensible" jeudi, passant de 18 à 38 cas confirmés "à 19 heures" contre 18 la veille, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran, ce jeudi 27 février.
Plusieurs investigations sont "toujours en cours" auprès des cas contact de ces nouvelles infections et sont "susceptibles de faire évoluer ce bilan", a-t-il ajouté au cours d'un point presse.
Parmi les vingt nouveaux cas détectés figure "un regroupement de douze cas" lié aux deux malades identifiés mercredi dans l'Oise, dont trois "sur une base militaire" à Creil, a-t-il précisé.
Deux malades se trouvent dans un état "grave" et sont hospitalisés à l'hôpital Tenon (Paris) et à Compiègne, a précisé le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.
Une autre "cluster" (regroupement de cas) est signalé en Haute-Savoie: la fille et l'ami du couple détecté mardi (un homme de 64 ans de retour de Lombardie) et mercredi (son épouse).
Deux personnes âgées avaient participé à un voyage organisé en Egypte et deux cas isolés revenaient d'Italie.
"Très peu de cas restent sans explication", a souligné Jérôme Salomon.

La France compte désormais douze patients guéris, vingt-quatre hospitalisés et deux décès, depuis l'identification du virus sur son territoire le 24 janvier.


 
Covid-19 : Zones à risque
Chine, Iran, Singapour, la Corée du Sud et les régions de Lombardie et de Vénétie, en Italie