Covid-19 : davantage de réinfections constatées, avec le variant Omicron

coronavirus
omicron
©depositphoto
Avec Omicron, il y a quatre fois plus de réinfections qu'avec les autres variants de la Covid-19. Ainsi, avoir contracté la maladie protège moins qu'auparavant d'une nouvelle contamination. C'est ce que révèle Santé Publique France.

Les cas de réinfection au SARS-Cov-2 sont bien plus nombreux cette année qu'en 2021, selon une révélation de Santé Publique France.
L’organisme vient de publier les premières données de son étude, sur la question : 385.000 réinfections, sur les 417.000 enregistrées, depuis le début de la pandémie, en France, ont eu lieu entre décembre 2021 et mars 2022.

La faute à Omicron.

Etre à nouveau frappé par la Covid-19, deux mois au moins après une première infection, est donc devenu beaucoup plus fréquent, en 2022.
92% des réinfections ont eu lieu depuis la fin de l’année dernière ; en clair, depuis qu'Omicron est devenu largement majoritaire.

En effet, au début de l’année 2021, lorsque les variants Alpha et Delta sévissaient, ces réinfections représentait moins de 1% des cas de Covid détectés.
Et quelques mois plus tard, à partir du 6 décembre, lorsqu’Omicron a pris le pas sur les autres souches de la maladie, ce phénomène est passé à quasiment 4% des cas.

Un variant qui se distingue

Cette augmentation s’explique par la nature même du variant Omicron, très différents des autres ; Wuhan, Alpha et Delta présentaient plus de similitudes entre eux.
Du coup, les patients déjà infectés par ces souches peuvent plus facilement être contaminés par Omicron, car il leur ressemble beaucoup moins.

Sur le front de la gravité par contre, fort heureusement, ces réinfections n’ont pour l’essentiel pas conduit à des pathologies sévères... excepté pour les patients immunodéprimés.