Deuxième Ramadan dans les conditions sanitaires de la pandémie en Guadeloupe

religion
panneau mosquée
©Rohny Maléty

Pour la deuxième année consécutive, les musulmans de Guadeloupe comme ceux du monde entier et comme les pratiquants des autres religions, doivent composer avec les règles sanitaires en vigueur pour vivre le Ramadan, l'un des temps forts de l'année pour l'Islam

Comme les chrétiens et les juifs il y a de cela deux semaines, c'est au tour des musulmans de vivre l'important temps de jeûne et de prière qu'est le Ramadan. Et comme les autres croyants, il faut cette année encore faire avec la COVID 19. Une obligation qui ne manque pas de générer de l'amertume dans le coeur de certains attachés à cette habitude de convivialité dans la prière et dans le partage durant le Ramadan mais à laquelle il faut forcément renoncer pour respecter les décisions des autorités sanitaires. Tout au plus, pourra se vivre au sein du cercle familial ou, pour le moins, en petit comité amical.

En Guadeloupe, les musulmans ont l'habitude de se rendre dans deux salles de prière, au Raizet et à Grand-Camp. Ils forment une communauté forte de quelques milliers de personnes et ont d'ailleurs, depuis plus de cinq ans, l'espoir de construire au moins une mosquée. Le projet est porté par l’association Al-Kitab qui continue de recueillir les fonds nécessaires pour le lancement d'une telle construction. 

projet de mosquée en Guadeloupe
Le projet de mosquée porté par l'association AL-Kitab

En attendant, cette année encore, il faudra se partager entre les temps de travail et les temps de prière avant de casser le jeûne en famille. Une manière d'accomplir ce que tout musulman considère comme son devoir

Mohamed Ennour 

Mohamed Ennour

Le quatrième pilier pour accomplir son devoir

 

De fait, la vie d'un musulman est organisée autour de la mise en oeuvre des cinq piliers de l’Islam. Ils correspondent aux cinq devoirs qu’un musulman doit accomplir tout au long de sa vie :


La Shahada (la profession de foi)  c'est le principe fondateur de la religion islamique : Reconnaître que l'on croit en un Dieu unique. Ce qui suppose que l'on croit en :

- l’unicité dans la foi : reconnaître qu’Allah seul est le Créateur

- l’unicité dans l’adoration : reconnaître que l'on ne peut adorer qu’Allah

- l’unicité dans les noms et attributs : reconnaître qu'Allah possède tous les attributs et que les plus beaux noms lui sont octroyés.


La Zakât  ou l’aumôme légale : elle consiste à purifier l’âme des hommes de l’avarice, subvenir aux besoins des personnes pauvres et nécessiteux. L’aumône n’est pas forcément d’ordre pécuniaire. Les biens tels que le bétail, la récolte ou les bijoux peuvent être soumis à la zakat.  

Le hadj est le pèlerinage vers la Mecque qu'un musulman doit accomplir au moins une fois dans sa vie. Ceci s'il dispose des moyens nécessaires pour entreprendre ce voyage. Depuis la pandémie, le voyage vers la Mecque est déconseillé par les hauts dignitaires de l'Islam en raison des risques sanitaires que cela pourrait entraîner. 

Le Ramadan,(le jeûne) c'est le quatrième pilier de l'Islam. Il repose sur un mois de jeûne. Un jeûne au cours duquel le fidèle doit s'abstenir de boire, de manger de l'aube au crépuscule. Cette année, le ramadan se déroule du 13 avril au 12 mai 2021.

La Salat est la prière quotidienne du musulman prononcée 5 fois par jour : à l'aube, à la mi journée, l'après-midi, au coucher du soleil et le soir. Elles doivent toutes être effectuées en direction de la Mecque.

En raison de l'importance de chacun de ces piliers, il n'y a pas de hiérarchie entre eux. D'où leur représentation en étoile :

Les 5 piliers de l'Islam