Entendre, Comprendre, et Co-construire l’avenir de la Guadeloupe

politique
Conférence de presse des élus
Le président du Département Guy Losbar, la Vice-présidente de la Région Marie-Luce Penchard, les Sénateurs Victorin Lurel et Dominique Théophile ©P. Robert
C'est le titre choisi par les élus guadeloupéens pour résumer les propositions qu'ils font aujourd'hui aussi bien au Collectif des organisations en lutte contre l'obligation vaccinale, qu'à l'Etat et plus généralement, à la population guadeloupéenne

Pour les élus, il s'agissait avant tout de reprendre la main dans une situation socio-politique en suspens et qui n'offre pas pour autant à la Guadeloupe un retour à l'apaisement, loin s'en faut.
La voie choisie n'est pas pour autant un retour à des négociations avec le Collectif mais une communication grand public sur les propositions que les élus font, non point seulement pour répondre aux seules attentes du Collectif mais avec la volonté, pour la première fois dans l'histoire de la Guadeloupe, d'établir un projet pour la Guadeloupe qui dépasse les frontières politiques habituelles et intègre tous les horizons politiques de l'Archipel.
Victorin Lurel, Sénateur de la Guadeloupe

©Guadeloupe

Un premier pas pour "Entendre, Comprendre, et Co-construire l’avenir de la Guadeloupe"

L'objectif est définit ici et le projet a d'ailleurs été évalué. 

La plate-forme des élus mobilisés pour une sortie de crise présente dès lors 29 mesures s’élevant à un coût total de 948 millions d’euros, dont une part contributive de l’État estimée à 458 millions d’euros et une part contributive des collectivités à 366 millions d’euros

Plate-forme de propositions des élus Guadeloupéens

Marie-Luce Penchard, Vice-président de la Région Guadeloupe

©Guadeloupe

Et dans le détail, on peut citer ici certaines mesures mises en exergue par les élus : 

- Sur le volet formation, un effort à hauteur de 26,1 millions est demandé afin de lever les freins périphériques à la formation (en favorisant l’aide au permis des apprentis, le renforcement de l’aide personnalisée) et la mise en place des parcours innovants complémentaires, de la préqualification à la formation ;

- Sur l’apprentissage, solliciter une aide de l’État pour la mise en place de la prime à l’embauche pour 2 000 personnes et l’augmentation du volume d’aides aux contrats de professionnalisation pour 900 personnes ;

Guy Losbar, président du Département

©Guadeloupe



- L’accompagnement de jusqu’à 300 postes en Contrat à Durée Déterminée d’Insertion (CDDI) ;

- Relancer la réflexion sur l’opportunité de transformer l’archipel en Zone Franche Globale ;

- Encourager l’employabilité des professionnels de l’industrie culturelle et de l’événementiel ;

- En termes de politique culturelle, l’élaboration concertée d’un schéma directeur des Industries Culturelles et Créatives (ICC) ;

- Un accompagnement de 1 000 foyers par an dans le cadre de la réhabilitation de l’habitat ; 

- Instaurer une Mission d’Intérêt Général (MIG) spécifique santé mentale Outre-mer ;

- Rendre obligatoire le Nutriscore sur l’ensemble des produits commercialisés y compris sur les produits locaux ;

- En partenariat avec l’État, contribuer à la structuration de l’électrification du parc de véhicules ;

- Un accompagnement renforcé de l’État dans le cadre des travaux d’implantation d’un campus universitaire de santé de pleine exercice pour la Guadeloupe.

Voir l'ensemble les documents des élus : 

Brochure des élus guadeloupéens

le coût des mesures

Victoire Jasmin, Sénatrice de la Guadeloupe

©Guadeloupe

Loin de se limiter au simples mesures de gestions et de propositions, les élus comptent aussi mener une réflexion sur l’évolution institutionnelle qui devrait-être à l'ordre du jour du prochain Congrès des élus départementaux, régionaux et municipaux au cours du 1er semestre 2022

Si le Président de la République et plus généralement le gouvernement ne manqueront pas de donner des indications de réponses au cours de la prochaine campagne présidentielle, le Collectif des organisations en lutte contre l'obligation vaccinale ne manquera probablement pas de commenter la démarche des élus.
Quant à la population, c'est au cours des prochaines échéances électorales, présidentielle et législatives, qu'elle aura l'occasion d'exprimer son accord, son refus ou...son indifférence.