L'Express s'intéresse aux « Batteries : scandale sous les tropiques… ».

énergie
batterie le scandale
Les réseaux électriques des DOM TOM, peu stables, nécessitent d'avoir des systèmes capables de pallier l'intermittence des énergies renouvelables. afp.com/PATRICE COPPEE ©afp.com/PATRICE COPPEE
C’est en tout cas le titre d’un article paru le mois dernier dans l’express, et passé relativement inaperçu. Il fait état de l’inquiétude du secteur des énergies renouvelables de nos régions face aux dispositifs gouvernementaux de défiscalisation de stockage d’énergie

 
Les entreprises importatrices de batterie outremer ( ces systèmes de stockage capable de palier l’intermittence des sources d’énergie renouvelables en cas de coupure) bénéficient depuis un an et demi d’un abattement fiscal de près de 30%  dans le cadre de la loi Girardin…Mais à terme, la mesure pourrait constituer une véritable concurrence qui mettrait sérieusement à mal le développement des énergies renouvelables devenu pourtant une nécessité. L’express parle de véritable scandale sous les tropiques…

« Ce sont les intérêts de quelques particuliers qui sont favorisés au détriment de l’intérêt commun »

affirme dans les colonnes de l’Express Albert Elatré, le président du Syndicat Mixte d'électricité de la Guadeloupe (Sy.MEG) . Pire, selon le président de nature and people first, c’est l’émergence des technologies des énergies renouvelables qui pourrait être menacé. En cause, selon le magazine qui parle de véritable scandale, le dispositif de défiscalisation Girardin (*) élargi au stockage de batterie outremer il y a un et démi.
Les entreprises importatrices de ces produits fabriqués en Asie pour l’essentiel, peuvent désormais bénéficier d’un important abattement d’impôt, alors qu’elles ne créent pas forcément d’emploi et n’ont pas de surcoût lié à une production localement puisqu’elles ne font que du négoce. 
Le journal évoque également l’impact pour l’environnement pour faire venir ces batteries qui traversent la moitié du globe et les faire repartir une fois en fin de vie faute de filière de recyclage. Selon l’Hebdomadaire, deux députés de Guadeloupe alertés, étaient sur le point de faire retirer ce dispositif mais auraient subi d’énormes pressions de la part du monde économique guadeloupéens. Leur projet d’amendement n’a en tout cas pas vu le jour et aujourd’hui de nombreuses entreprises ultramarines auraient « échafaudée des business plan florissants en se fondant sur l’avantageuse défiscalisation."
Pendant ce temps là, les énergies vertes elles, voient rouge à l’idée que des considérations purement économiques puissent encore nuire à leur développement et à la planète.  (*)
La loi Girardin permet en effet une défiscalisation de l'ordre de 30 % sur les investissements de stockage type batterie réalisés en Outre-mer.
Ce dispositif vise à favoriser le déploiement des moyens de stockage de l'énergie, permettant ainsi une intégration plus importante des énergies renouvelables intermittentes telles que l'énergie solaire et l'énergie éolienne sur le réseau électrique.

Le déploiement des moyens de stockage sur notre territoire devra toutefois être cohérent avec les objectifs fixés dans le cadre de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie en Guadeloupe. Dans le cadre des travaux de révisions, les besoins en capacité de stockage ont été estimés entre 20 MW / 60 MWh.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live