Foyer pour personnes handicapées Le Pelican : enquête pour détournement de fonds publics

justice
Hôtel du Département

La présidente du Département dénonce ce qui semble être une véritable bande organisée, soupçonnée d'avoir pillé les finances de la collectivité, par l'intermédiaire d'une société prestataire de services, oeuvrant pour l'association gestionnaire du foyer pour handicapés "Le Pélican", à St-Claude.

Depuis quelques temps, la police enquête sur Le Pélican. 
Ce foyer de vie, installé sur le territoire de Saint-Claude, s'est donné pour mission de s'occuper des personnes en situation de handicap.
Il est géré par une association basée, elle, à Basse-Terre, dont le président est Thierry Panol, un assureur et homme politique.

Dénonciation du Département

Dans une lettre, envoyée au Parquet de Basse-Terre, Josette Borel-Lincertin, présidente du Conseil départemental de la Guadeloupe et autorité de tutelle des questions de handicap dans l'archipel, dénonce plusieurs faits.
Certains membres du conseil d'administration de l'association gestionnaire du Pélican et le président lui-même auraient créé une société de transport, Handi Multi Services Guadeloupe (HMS 971), dans le chef-lieu.
Ils auraient acheté deux bus, avec de l'argent public en provenance du conseil départemental. Sauf que les sommes en question n'étaient pas du tout destinées à la société, mais à l'association. 
Par ailleurs, les mêmes individus auraient facturé des prestations, à des tarifs ahurissants, pour transporter des personnes handicapées usagers du foyer géré par l'association.
Autant de forfaits relatés dans le courrier de l'exécutif départemental, adressé au procureur.

Dénonciation anonyme

La même société, HMS, possèderait aussi une villa somptueuse, sur la route de Saint-Claude, transformée en foyer... sans autorisation. Idem pour une filiale, à Baie-Mahault. Des biens particulièrement coûteux.
Autre grief avancé : un sur-effectif de 45 personnes en situation de handicap accompagnées, au lieu de 43.
Le personnel formé de rigueur manquerait pourtant à l'appel. La directrice, dont le métier est animatrice politique sur une chaîne de télévision privée, n'aurait pas les compétences requises. Pour autant, elle serait payée de façon princière, au sein du foyer objet de tant de soupçons, selon un dossier anonyme très documenté et précis, lui aussi arrivé sur le bureau du procureur de la République, de Basse-Terre.

Un profil pour le moins particulier

Selon le fichier du traitement des antécédents judiciaires, Thierry Panol serait déjà connu pour des faits "d'escroquerie, de recel de biens provenant d'un vol, d'abus de confiance et faux en écriture privée".
L'homme serait un proche de Lucette Michaux-Chevry et de Marie-Luce Penchard. Il s'est par ailleurs présenté, comme tête de liste, aux dernières élections municipales et communautaires, dans la commune de Saint-Claude et a obtenu 22,2% des voix et 3 sièges au conseil municipal.
Une position qui peut-être l'a protégé, durant toutes ses années.

A ce jour, l'enquête ce poursuit.