Interpellations à l'issue d'une soirée réunissant près de 350 personnes au Gosier

coronavirus le gosier
Soirée interrompue Coronavirus Covid
©Geralt

Dans la nuit de samedi 6 mars au dimanche 7, les policiers ont interrompu une fête clandestine, à Mare-Gaillard, au Gosier. Près de 350 personnes faisaient la fête dans une résidence. Les organisateurs ont été interpellés.

Alors qu'elle battait son plein, la soirée s'est finalement plutôt mal terminée... Dans la nuit de samedi 6 mars au dimanche 7, les effectifs de la Sécurité Publique ont été appelés pour intervenir suite à une plainte de tapage dans le secteur de Mare-Gaillard au Gosier. 24 heures avant la mise en place d'un couvre-feu, pour deux semaines.

Arrivés sur place, les policiers découvraient une soirée clandestine réunissant près de 350 personnes, dans une habitation privée. Les forces de l'ordre ont immédiatement mis fin aux festivités, prématurément. Le matériel hifi, ainsi que la caisse avec la recette de la fête ont été saisis. 

Les deux organisateurs présumés ont, eux, été immédiatement interpellés et placés en garde à vue. Ce lundi 8 mars, ils ont été présentés devant le procureur de la République, au tribunal de Pointe-à-Pitre, avant d'être placés sous contrôle judiciaire. 

La police nationale vous rappelle que les rassemblements de plus de 6 personnes en particulier dans un espace public ou dans un lieu ouvert au public sont strictement interdits. Aucune soirée privée ne peut non plus être organisée sur le département de la Guadeloupe pendant l'état d'urgence sanitaire.

Pour rappel, les rassemblements de plus de 6 personnes, dans un espace public ou dans un lieu ouvert au public sont strictement interdits. Aucune soirée privée ne peut être organisée sur le département de la Guadeloupe pendant l'état d'urgence sanitaire.

L'archipel est soumis à un couvre-feu, depuis le dimanche 7 mars. De 22 heures, à 5 heures du matin, les déplacements sont limités et seules les personnes présentant une attestation de déplacement sont autorisées à circuler. Le non-respect du couvre-feu est sanctionné d'une amende de 135 euros. Au bout de 3 verbalisations, vous êtes passible de six mois d'emprisonnement et 3 750 € d'amende.