Grève contre l'obligation vaccinale : les examens des écoles paramédicales perturbés, puis annulés

hôpital
Entrée du CHU de Guadeloupe
©Eric Stimpfling
Jusqu'où ira le bras de fer, entre autorités sanitaires et UTS-UGTG, dans le cadre de l'application de l'obligation vaccinale ? Hier, les examens des élèves infirmiers ont été perturbés. La direction du CHUG a décidé de les annuler. Elle dénonce le syndicat et promet de déposer une plainte.

Le directeur général du Centre hospitalier universitaire (CHU) de la Guadeloupe a produit un nouveau communiqué, mercredi 10 novembre 2021, pour dénoncer l'impact sur les services de l'établissement, qu'il impute à la grève menée par l'Union des travailleurs de la santé (UTS-UGTG), contre l'obligation vaccinale.

Cette fois, Gérard Cotellon accuse les syndicalistes d'avoir évacué le personnel des écoles paramédicales et intimidé les élèves qui subissaient une évaluation, hier. Résultat : les examens ont été annulés.

Ce jour 10 novembre 2021, vers 08h20, le personnel des Ecoles paramédicales a été évacué par un groupe d’une vingtaine de syndicalistes Uts-Ugtg. Ces derniers ont aussi intimidé les élèves des Ecoles paramédicales qui étaient en évaluation depuis 8h00 : certains ont du quitter les salles d’examens, ceux qui sont restés en salle ont été gênés par l’Uts-Ugtg avec de la musique. Le syndicat a aussi déclenché les alarmes incendies. Face à ces perturbations, les examens des élèves ont du être annulés

Gérard Cotellon, directeur général du CHUG

Comme elle le fait systématiquement, désormais, dans le cadre du face-à-face entre autorités sanitaires et grévistes, la direction de l'hôpital promet de se tourner vers la justice.

Des constats d’huissier sont dressés sur cet incident déplorable et une plainte sera déposée. La Direction dénonce ces comportements inadmissibles et présente ses excuses aux personnels qui voient leurs conditions de travail rendues compliquées, et assure les étudiants de son soutien en confirmant le report prochain des évaluations annulées ce jour.

Gérard Cotellon, directeur général du CHUG

Pour rappel, en début de semaine, le CHUG accusait l'UTS-UGTG "d'affamer les patients", alors que les forces de l'ordre ont dû intervenir pour débloquer l'accès au pôle logistique de l'hôpital, qui accueille le magasin, la blanchisserie, ou encore les cuisines. Un épisode qui a donné lieu à un dépôt de plainte, pour "mise en danger de la vie d'autrui" ; c'est en tout cas la menace faite par la direction, mardi, dans un communiqué.

Ce type d'actions, qui entrave la circulation des usagers des lieux, a pourtant fait l'objet d'une condamnation, mi-octobre, par le tribunal judiciaire de Pointe-à-Pitre, dans le cadre d'un référé.

A LIRE AUSSI : L'UTS-UGTG condamnée à libérer les accès au CHUG

Des dégradations causées à la direction générale

Par ailleurs, toujours hier, des individus auraient pénétré le bâtiment qui abrite la direction générale du CHUG, hier. Selon les informations que nous avons obtenues, confirmées par des sources concordantes, le directeur général adjoint et le directeur des ressources humaines auraient été molestés et sortis de leurs bureaux. L'électricité aurait été coupée, dans l'immeuble.

Les responsables ont laissé des inscriptions peu flatteuses, sur les murs :

618d9338c1bcf_fd7u341xsag7p-3.jpg
Inscription, dans le bâtiment de la direction générale du CHUG ©CHUG
618d9379b414a_fd7u34zxeaqnds.jpg
Inscription, dans le bâtiment de la direction générale du CHUG ©CHUG
618d9392bede1_fd7u34wx0a4vdja.jpg
Inscription, dans le bâtiment de la direction générale du CHUG ©CHUG
618d93a5a19ef_fd7u34yxwassdan.jpg
Inscription, dans le bâtiment de la direction générale du CHUG ©CHUG