publicité

Les heures sombres de l'Artchipel

Ce sont en tout cas ses employés qui ont lancé un appel au secours. Ils ne veulent pas voir la Scène Nationale de Basse-Terre perdre son label si rien n'est fait pour redresser sa situation

© L'Artchipel
© L'Artchipel
  • FJO. avce Ch. Martial
  • Publié le
Dans un courrier adressé à la population et aux médias, les employés de l’Artchipel s’inquiètent quant à l’avenir de leur outil de travail. Un outil labellisé pour le rayonnement de la culture, mais qui pourrait, si rien n’est fait, perdre son label et disparaître purement et simplement. Il faut savoir que, selon le contrat qui les lie à l'Etat, les 70 Scènes Nationales de l'Hexagone de Guadeloupe et de Martinique ont le devoir de s'engager pour mettre en oeuvre une traduction concrète du projet partagé de la scène nationale, formulée sous la forme d’une série d’objectifs évaluables en matière de :
- programmation (diversité, rythme, volume, nombre moyen de représentations par spectacle …) ;
- partenariats artistiques (compagnonnages, associations avec des artistes, résidences, voire production, coproductions, commandes …) ;
- fréquentation (jauge offerte, fréquentation payante, non payante, fréquentation scolaire …) et connaissance du public ;
- impact territorial (manifestations décentralisées, partenariats d’action artistique ou culturelle, rayonnement national et international …) ;
- organisation professionnelle et outils de travail ;
- financements et recettes propres.

Après chaque nomination de directeur, le contrat est conclu pour une période de quatre années. La dernière est consacrée à
l’évaluation contradictoire de la réalisation des objectifs, associant en tant que de besoin le service de l’inspection de la création artistique du ministère de la culture, avant l’élaboration éventuelle d’un nouveau contrat.
C'est sur ce point que les personnels de l'Artchipel exprime leur grande inquiétude :

Christelle Martial

Et malgré cette situation difficile, certains spectacles se tiennent tout de même, à L’Artchipel.

Sur le même thème

  • culture

    Cri de femmes de Cuba, d'Afrique et ....d'ici...

    Le Festival Cri de femmes bat son plein. Chaque année, il se veut l'occasion de célébrer les femmes et de discuter de leurs droits, ou même de leur violation. Le cri poussé cette année a une consonance cubaines cette semaine et leurs droits

  • culture

    Une semaine pour permettre à la Guadeloupe de découvrir son patrimoine libanais

    La semaine culturelle libanaise a débute hier. Une occasion pour la Guadeloupe de plonger au coeur de l'histoire de sa communauté libanaise.Un voyage aussi dans tous les aspects du patrimoine culturel libanais.

  • culture

    Les festivals dans l'impasse

    Après le FEMI reporté au mois de mai prochain, pour manque de financements, C’est au tour du Terra festival d’envisager l’annulation de l’évènement pour cette année. Certains festivals sont à la peine, d'autres émergent. Trop d’évènements ou pas assez de fonds publics à se partager.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play