publicité

Il y a 216 ans : "Vivre Libre ou Mourir"

Le 10 mai 2018 marque le 216ème  anniversaire de la proclamation du Colonel Delgrès en 1802. Un texte adressé à "L'Univers entier" intitulé "Le dernier cri de l'innocence et du désespoir". Il y a annonce son intention de "vivre libre ou mourir".

  • Guadeloupe la 1ère
  • Publié le
Début mais 1802, le général Richepance débarque en Guadeloupe à la tête de quelques 3000 hommes.
Sa mission officielle est de rétablir l’ordre dans la colonie, qui avec Saint-Domingue, semble en dissidence avec l’hexagone… Secrètement l’homme est aussi investit d’une autre tache par Napoléon Bonaparte, le premier Consul : rétablir l’esclavage !
Dès son arrivée, malgré un accueil plutôt cordial, Richepance, commence par désarmer les soldats noirs…
Plusieurs officiers en compagnie de quelques hommes de troupes prennent alors la fuite. Parmi eux, le Capitaine Ignace ou le Chef de Bataillon Massoteau…
A Basse-Terre, le Colonel Louis Delgrès, conscient de ce qui se trame, se prépare à combattre.
Le 10 mai, une proclamation est rédigée par son aide de camp et secrétaire Monnereau. Le texte signé  par Delgrès est ensuite placardé dans les rues de Basse-Terre… Le colonel  y appelle  ses soldats à préférer mourir que retomber en esclavage.
La suite est connue…
Après de durs combats, Delgrès doit  évacuer le Fort Saint-Charles pour se réfugier sur les hauteurs de Matouba.
Là, à l’Habitation d’Anglemont, avec 300 de ses hommes, il refuse de se rendre et se suicide en faisant exploser un baril de poudre…
Monnereau, qui lui survit va devoir payer le fait d’avoir rédigé la fameuse déclaration du 10 mai… Selon la mode de l’époque, il est supplicié et son corps sans vie exposé en public jusqu’à putréfaction…

Sur le même thème

  • histoire

    L'autre appel de juin 1940 fait par 3 députés des colonies

    L'appel du 18 juin 1940 du général De Gaulle est bien ancré dans la mémoire. Mais il n'y a pas eu qu'un seul appel cette année là, voire ce mois là. 3 députés des colonies à l'époque, dont 2 Guadeloupéens se sont aussi illustrés par un appel du même ordre. Celui-ci n'a pas connu le même succès.

  • histoire

    La façade du cinéma "Renaissance" en bien mauvais état pourrait s'effondrer

    Le cinéma "Renaissance" représente un danger pour les riverains. Le maire de la ville Jacques Bangou a pris un arrêté et mis en place une déviation pour éviter de passer à côté. Une opération de réhabilitation est prévue pour rénover le cinéma le plus ancien de Guadeloupe. 

  • histoire

    La lettre de Tony Bloncourt, résistant oublié de l'Histoire

    La cérémonie du 8 mai s'est déroulée près d'une rue qui porte le nom d'un jeune résistant communiste de 22 ans d'origine guadeloupéenne, fusillé par les Allemands en 1942. Malgré cet hommage, Tony Bloncourt figure parmi les oubliés de la Guerre. Avant sa mort il a adressé une lettre à ses parents.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play