Jean-François Carenco assume d’avoir dit non au rabais proposé par TotalEnergie, en Outre-mer

consommation
Jean-François Carenco assume d’avoir dit non au rabais proposé par TotalEnergie, en Outre-mer
Jean-François Carenco assume d’avoir dit non au rabais proposé par TotalEnergie, en Outre-mer ©Guadeloupe La 1ère
C’est à l’Etat d’œuvrer pour la baisse généralisée des prix des carburants, en Outre-mer, en profitant de la proposition de rabais de 20 cts/l de TotalEnergie, selon la sénatrice Victoire Jasmin. Mais pour l’heure, le gouvernement a dit non au groupe pétrolier, au détriment des consommateurs locaux. Remontons le fil de ce dossier qui fait polémique depuis deux jours.

L’affaire fait actuellement polémique aux Antilles et à la Réunion : la non-application des 20 cents de remise par litre de carburant commercialisé par le groupe TotalEnergie.
Fin juillet, en pleine période d’inflation et d’augmentation des prix des carburants, la compagnie pétrolière avait fait miroiter cette réduction, aux consommateurs français, « y compris en outre-mer », sur la période allant du 1er septembre au 30 octobre 2022.
Mais cette annonce, en Guadeloupe, n’a pas été au goût des autres distributeurs locaux, alors que tous s’alignent sur le tarif maximal fixé par la préfecture mensuellement.

A LIRE AUSSI : Carburants : la ristourne promise par Total dans le collimateur des autres distributeurs, en Outre-mer

Au final, nul n’en a vu la couleur, ni aux Antilles, ni sur l’île de la Réunion.

« Ne pas être la cause de troubles à l’ordre public »

TotalEnergie n’a pas appliqué son rabais, en Outre-mer, "à la demande de l’Etat", a révélé Patrick Pouyanné, le président directeur général du groupe TotalEnergie, alors qu’il était questionné sur ce sujet, par la députée de La Réunion, Karine Lebon, lors de son audition par l’Assemblée Nationale.

J’ai eu un débat avec le ministre en charge des Outre-mer pour savoir si nous voulions continuer. Le gouvernement nous a demandé de renoncer au rabais. Puisque que cela était mis en place en liaison avec le gouvernement, nous ne voulions pas être la cause de troubles à l’ordre public à La Réunion.

Patrick Pouyanné, président directeur général du groupe TotalEnergie

Même finalité, en Guadeloupe et en Martinique.

Ce sont de tous petits marchés, où les esprits se sont échauffés profondément.

Patrick Pouyanné, président directeur général du groupe TotalEnergie

A LIRE AUSSI : Remise sur le carburant dans les Outre-mer : "Le gouvernement nous a demandé de renoncer", affirme le PDG de Total

Patrick Pouyanné, président directeur général du groupe TotalEnergie
Patrick Pouyanné, président directeur général du groupe TotalEnergie ©Assemblée Nationale

« Ne pas mettre de la pagaille sur la pagaille »

Jean-François Carenco, cité par le PDG de TotalEnergie, assume son choix.
Le ministre délégué en charge des Outre-mer a répondu, sur cette question, à la rédaction de Guadeloupe la 1ère, jeudi 22 septembre 2022, lors de son déplacement post cyclone Fiona dans l’archipel guadeloupéen.

J’assume totalement le fait que j’ai souhaité ne pas mettre de la pagaille sur la pagaille.

Jean-François Carenco, ministre délégué chargé des Outre-mer

Pour autant, le membre du gouvernement regrette que la mesure ne puisse être appliquée localement, selon ses dires :

Cette mesure m’a mis hors de moi, cette non-mesure, pas Pouyanné ! Le fait que personnes n’ai voulu le suivre et qu’on m’ait dit : « si tu fais ça, si tu donnes l’autorisation à Pouyanné de le faire, tu vas avoir une pagaille comme t’as jamais eu ».

Jean-François Carenco, ministre délégué chargé des Outre-mer

Pour Jean-François Carenco, ce dossier n’est pas si simple à traiter. Mais, à ce jour, rien ne serait figé et ce ne serait que partie remise.

J’ai d’autres sujets un peu lourds, l’Appel de Fort-de-France et maintenant Fiona, sur lesquels on doit travailler. J’essaie de ne pas accumuler les difficultés. Je n’ai pas perdu la partie, j’ai perdu la manche.

Jean-François Carenco, ministre délégué chargé des Outre-mer

A VOIR : La réponse complète de Jean-François Carenco :

Jean-François Carenco, ministre délégué chargé des Outre-mer ©Alexandre Houda et Jean-Marie mavounzy - Guadeloupe La 1ère

   

« Je suppose qu’on veut nous cacher des choses »

La sénatrice socialiste Victoire Jasmin estime que c’est à l’Etat de faire un geste et de généraliser ce coup de pouce à l’ensemble des stations, en faveur des consommateurs Ultramarins et singulièrement des Guadeloupéens.

La parlementaire a demandé, fin 2021, dans le cadre du projet de loi sur le pouvoir d’achat, des explications sur la formation des prix de l’énergie (carburants, gaz...) chez nous. Un rapport a été commandé, fin 2021. Il existe mais, pour le moment, il n’a pas encore été rendu public. Ce qui fait dire à Victoire Jasmin qu’il y a une certaine « opacité ».

Je souhaite qu’au niveau du gouvernement des mesures fortes soient prises, à ce niveau-là, parce qu’on veut donner du pouvoir d’achat aux ménages et, en même temps, on est dans une ambiguïté que je n’arrive pas à comprendre.

Victoire Jasmin, sénatrice PS de la Guadeloupe

Victoire Jasmin, sénatrice PS de la Guadeloupe, jointe par Colette Borda.

Victoire Jasmin Sénatrice de la Guadeloupe

Les populations des territoires ultramarins n’ont plus qu’à patienter que les autorités tiennent leurs promesses et œuvrent en faveur de la baisse effective des carburants (notamment), dans nos territoires gangrénés par la précarité.