Josette Borel-Lincertin s'insurge contre la remise en cause de la légalité du marché passé pour acquérir des masques

coronavirus
Josette Borel-Lincertin présidente du Département
©L. Salcède
Le Conseil Départemental vient d’attribuer un marché de plus de 474 000 euros à une entreprise guadeloupéenne pour l’achat de 300 000 masques en Chine. Une attribution qui interpelle la CFTC. L’organisation syndicale est depuis montée au créneau pour dénoncer le marché;
L'information émane de la CFTC connue pour secouer la terre. Et là, le lièvre débusqué serait cette commande de maques confiée par le Conseil Départemental à une entreprise locale. Jusqu'ici rien d'anormal, le gouvernement ayant lancé un appel aux collectivités afin qu'elles soient à ses côtés pour l'achat de protection. 
Sauf que, selon l'organisation syndicale qui indique avoir mené son enquête, la société en question est "RP Gwada" spécialisée, d'après le registre du commerce, dans l'organisation de spectacle et gérée par Rony Pizio, un opérateur célèbre de la place. Nous sommes donc loin de son secteur d'activité.
Autre fait qui a retenu l'attention de la CFTC, c'est l'enveloppe allouée à cette tâche. Le montant du devis : près de 500 000 Euros, les frais de transports, de douanes et de fret, toujours selon le syndicat, représentant plus de 100 000 Euros, et la commission de l'entreprise près de 45 000 Euros, entreprise qui exigerait le versement de 50% du montant à la signature du bon de commande, n'allant pas de main morte.
La CFTC n'hésite pas à parler de supercherie.

Vive réaction de la présidente du Département 


Interrogée sur cette argumentation de la CFTC lors du journal de Guadeloupe La 1ère, la Présidente du Département la présidente du département a indiqué ne pas vouloir faire de polémique. Elle considère être dans son bon doit et surtout avoir respecté toutes les règles de passation des marchés publics. Josette Borel-Lincertin a vivement réagi en faisant preuve de virulence pour critiquer la position du syndicat.
Josette Borel Lincertin 

Josette Borel-Lincertin, Pdte du Département

Pous sa part, mis en cause par la CFTC, Rony Pizio a luis aussi réagi. Dans un communiqué, il indique que :

 Cela fait 35 années que j'exerce mon métier d'organisateur de spectacles et d'événements de grande envergure avec le soutien de nombreux partenaires privés et publics et avec la confiance des collectivités quel que soit leur bord politique.

Ce métier d'organisation d'événements me rend responsable de l'accueil de milliers de personnes sur des manifestations et, partant de là, de leur sécurité. Cette responsabilité m'oblige à disposer de tous les moyens logistiques pour ces manifestations publiques et à ce titre je me fournis en matériels auprès de nombreux fournisseurs chinois depuis des années.
Voilà pourquoi je suis en mesure d'obtenir aujourd'hui des masques à des prix qui, dans le contexte actuel de pénurie, sont très compétitifs, contrairement à tous les mensonges que je vois circuler depuis hier soir.

Quant à ma marge dans cette commande, qui relève du secret commercial et que cette organisation syndicale a choisi de rendre publique en se rendant coupable de ce qui s'apparente à un vol de documents, tous les commerçants savent qu'elle est loin d'être exorbitante et qu'elle est en tout cas très éloignée des standards pratiqués en Guadeloupe. Elle correspond aux nombreux risques et charges que je dois supporter pour m'engager sur un volume, une qualité et un délai de livraison pour des produits que tout le monde s'arrache en ce moment.

Je dénie à quiconque, et en premier lieu à cette organisation syndicale, de venir me donner des leçons de morale et encore moins de m'instrumentaliser à des fins politiques.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live