Le riche parcours politique de Lucette Michaux-Chevry au national

politique
Lucette Michaux-Chevry en 2003
Lucette Michaux-Chevry en 2003 ©Martin BUREAU / AFP
Lucette Michaux-Chevry a beaucoup fait, en politique, en Guadeloupe, mais aussi au national. La "Dame de fer" a occupé plusieurs postes, au service de la France, au sein de la Droite (RPR, puis UMP). Une carrière et une reconnaissance qu’elle doit à un soutien indéfectible : celui de Jacques Chirac.

C'est en 1986 que Lucette Michaux-Chevry a fait son entrée sur l'échiquier politique national. Elle a été la première femme Antillaise nommée dans un gouvernement.

Riche parcours national

Lucette Michaux-Chevry a été la première Guadeloupéenne à se voir confier un poste de Secrétaire d’Etat, à la Francophonie en l’occurrence, dans le premier gouvernement de cohabitation. C’était entre 1986 et 1988, alors qu’elle était déjà une proche du premier ministre RPR du moment, un certain Jacques Chirac. L'amitié qui unissait ces personnalités politiques ne sera jamais démentie. Le soutien a toujours été mutuel, entre ces deux-là.
Pour exercer ce mandat national, l’avocate de profession renoncera à son fauteuil de députée de la quatrième circonscription de la Guadeloupe, obtenue aux législatives de 1986.
Un siège qu’elle retrouvera, en 1988 et qu’elle conservera jusqu’en 1993.

1993, justement, c’est l’année où Edouard Balladur l’a choisie, comme ministre déléguée, auprès du Ministre des Affaires étrangères, chargée de l'Action humanitaire et des Droits de l'homme ; une fonction que la "Dame de fer" occupera durant deux ans.

Pas de temps mort, dans cette carrière nationale : Lucette Michaux-Chevry remporte les sénatoriales, en 1995. Une responsabilité assumée durant 16 années, qui va lui permettre de s’illustrer en tant que membre de la Commission des Affaires Etrangères, de la Défense et des Forces Armées, mais aussi du Groupe Français de l'Union interparlementaire et du Comité directeur du fonds pour l'emploi, dans les départements d'Outre-mer et la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon.

En 2011, c’est elle qui a décidé de ne pas se représenter aux élections sénatoriales. Dès lors, sa carrière se poursuivra localement.

Un parcours aux côtés des pilliers nationaux de la Droite

Lucette Michaux-Chevry a été le pilier de la politique Outre-mer de Jacques Chirac, ancien Premier Ministre, puis Président de la République, mais également fondateur du RPR (le Rassemblement Pour la République), parti de Droite populaire.

Pourtant, en Guadeloupe, Lucette Michaux-Chevry a débuté sa carrière au sein du Parti Socialiste, jusqu'à son départ en 1980, où son ancrage à droite s'est scellé.
Lucette Michaux Chrevry n’a cependant jamais voulu être porte étendard du RPR, puis de l’UMP, ici, dans l’archipel. Son mot d’ordre était "Français, mais majeurs". Cela va se concrétiser par Objectif Guadeloupe, un mouvement politique qui domine la Droite, pendant plus d’une vingtaine d’années, localement.

C'est d'ailleurs sous cette étiquette qu'elle ravira le Conseil Général, puis la Région Guadeloupe.