Le temps des évaluations scolaires

éducation
mESURES SANITAIRES ECOLES MATERNELLE
©L. Gaydu
Trois semaines après la rentrée scolaire, les élèves CP, CE1, sixième et seconde sont soumis aux évaluations. Elles sont désormais le moyen que l'Education Nationale s'est dotée pour mesurer, au niveau national, les performances du système éducatif.
Après une rentrée bien particulière, où les mesures barrières encore plus élargies les préoccupent continuellement, les enseignants  de CP, CE1 et 6ème et 2nde se doivent d'organiser les évaluations. Et probablement, beaucoup n'ont pas la tête à cela.
Tour à tour, les organisations syndicales de l'Education Nationale soulignent les unes après les autres ce qu'elles qualifient de carences en formulant leurs doléances du moment, presque toujours les mêmes. 
Ce samedi, ce sont les adhérents de l'UNSA Education qui s'exprimaient pour qu'une correction soit apportée au fonctionnement actuel des établissements scolaires.

Des évaluations pour ajuster les réponses pédagogiques


Pourtant, c'est dans les conditions actuelles que certains, ceux de CP, CE1, sixième et seconde, doivent organiser les évaluations. Une obligation qu'ils n'avaient pas manqué de dénoncer lors de son lancement il y a trois ans de cela, mais qui reste bel et bien inscrite au calendrier de l'année scolaire.
Pour le ministère, plus que jamais, ces évaluations ont trois grands objectifs affirmés :
 

* fournir aux enseignants des repères des acquis de leurs élèves, compléter leurs constats et leur permettre d’enrichir leurs pratiques pédagogiques ;
* doter les "pilotes de proximité" - recteurs, DASEN, IA-IPR, IEN, chefs d’établissement - d’indicateurs leur permettant de mieux connaître les résultats et d’adapter leur action éducative. Ces indicateurs sont des résultats agrégés sans information de nom, de prénom ou de classe ;
* disposer d’indicateurs permettant de mesurer, au niveau national, les performances du système éducatif (évolutions temporelles et comparaisons internationales).


Aux critiques formulées quant à l'utilité de ces évaluations, le ministère répond invariablement qu'il "s’agit de proposer des repères permettant aux enseignants de bien apprécier les acquis qui ancrent les apprentissages de CP et de CE1 dès le début d’année. L’objectif principal de cette démarche est que les professeurs puissent identifier les besoins individuels de chaque élève le plus rapidement possible et ainsi apporter une aide la plus adaptée et la plus précoce possible.
Les évaluations sont donc conduites en début de l’année et non pas à la fin, l’objectif étant de déterminer comment accompagner au mieux un élève tout au long de l’année. Ce dispositif  s’inscrit dans une stratégie pédagogique appelée "réponse à l’intervention", qui a fait ses preuves dans d’autres pays.
Enfin, les tests proposés ont été choisis parmi ceux qui permettent de prédire le mieux les éventuels obstacles à la réussite en CP et en CE1 et ainsi de pouvoir mettre en œuvre des interventions pédagogiques ciblées pour permettre à l’élève de franchir ces obstacles.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live