Les contrastes de la conjoncture du marché de l'emploi au cours du 2ème trimestre 2021

emploi
insertion emploi logemnent
Dans une note de conjoncture pour le 2ème trimestre 2021, l’Insee Guadeloupe révèle que les emplois salariés dans le secteur privé et la création d’entreprise, résistent relativement bien à la crise. Cependant, le nombre de demandeurs d’emplois ne diminue pas en Guadeloupe.

On aurait pu craindre le pire au regard des restrictions prises pour lutter contre la crise sanitaire mais le marché de l’emploi semble résister selon les chiffres dévoilés dans cette note de conjoncture de l’INSEE ;

L’Institut souligne que, pendant le deuxième trimestre 2021, l’emploi salarié privé progresse de 2,3% par rapport au trimestre précédent, ce qui représente 1750 salariés de plus alors que dans le même temps, le secteur public en perd 360.

C’est le secteur tertiaire marchand, c'est à dire le commerce, la réparation d’automobile ou encore la restauration,  qui fait office de locomotive. Les effectifs du secteur augmentent en effet de 1,6% ce trimestre.
Le secteur de l’Industrie n’est pas en reste avec une hausse de 3,1%. Le travail intérimaire connaît un bon. Il progresse de 48% sur un an ce qui représente des centaines d’emplois supplémentaires.

Un nombre de salariés en hausse, des secteurs qui résistent tant bien, mais un taux de chômage toujours aussi important

C’est le paradoxe de ce marché du travail local, le nombre de demandeurs d’emplois,  repart à la hausse chez nous. Le taux est de 19,3% de la population active et en un an, ce taux augmente de 8,4 points et retrouve son niveau d’avant la crise.

Malgrès tout, des entreprises sont créées en ce deuxième trimestre 2021. Une création en baisse mais qui représente tout de même 1550 immatriculations de nouvelles sociétés. Et une fois encore ce sont les entreprises créées dans le secteur des services qui s’en sortent le mieux.
Le dynamisme du marché du travail en Guadeloupe est donc réel.  Encouragé sans doute, par les aides du gouvernement  et le chômage partiel accompagnant cette crise sanitaire, le tissu salarial semble résister.

Encore quelques mois et on saura s’il a tenu face à cette crise sanitaire sans précédent