Les enfants des professionnels impliqués dans la gestion de crise peuvent aller à l'école dès ce jeudi

éducation
autisme à l'école
La rentrée scolaire a été repoussée du 2 au 13 septembre, compte tenu de la crise sanitaire, en Guadeloupe... sauf pour les enfants de professionnels impliqués dans la gestion de la crise sanitaire. 31 centres d'accueil ont été ouverts au bénéfice des élèves concernés.

La situation sanitaire est telle, en Guadeloupe, que la rentrée scolaire a été repoussée au lundi 13 septembre 2021.
Cependant, certains élèves avaient la possibilité de retourner sur les bancs de l'école, dès ce jeudi 2 septembre : ceux dont les parents sont des "professionnels indispensables à la gestion de crise" et n'ont pas de solution de garde

Parce que leurs parents luttent contre l'épidémie de Covid-19

Un service d’accueil est proposé, au sein de l'académie de la Guadeloupe, dès aujourd'hui, au bénéfice des enfants d'au moins un professionnel reconnu comme maillon indispensable dans le cadre de la gestion de l'actuelle crise sanitaire, liée à la Covid-19. 

Ces élèves bénéficient d'activités, sur le modèle des vacances apprenantes, de 8h à 16h00. Les parents doivent leur fournir un panier repas, pour le déjeuner.

Dans les faits, les personnes éligibles se font connaître au fur et à mesure. Les effectifs risquent donc d'augmenter, au fil des inscriptions, encore en cours.
200 élèves sont d'ores et déjà inscrits. L'an dernier, 635 enfants avaient bénéficié de ce dispositif.
Les autres familles concernées sont invitées à remplir un formulaire de préinscription et/ou à envoyer un courriel à l’adresse : accueil.enfants.personnels.sante@ac-guadeloupe.fr

L'organisation d'un tel service est complexe, puisque les enfants doivent être rassemblés dans des établissements spécifiquement ouverts à leur intention et encadrés par des enseignants volontaires.
Cette prise en charge est organisée en collaboration avec les collectivités ; 31 centres d'accueil sont prévus, dans 23 communes. Mais aujourd'hui, seuls trois ont ouvert leurs portes, dont un à Saint-Martin et, donc, deux en Guadeloupe.

Gérard Jock, directeur académique des services de l'Éducation nationale, est revenu sur le principe de ce dispositif, durant la conférence de rentrée, qui s'est tenue ce jeudi, en mi-journée, en présence notamment de la Rectrice d'Académie, Christine Gangloff-Ziegler :

©Daniel Querin - Guadeloupe La 1ère

Bien entendu, la prise en charge des élèves, dans ce cadre, se fait dans le strict respect des consignes sanitaires et des gestes barrières.

Les professions concernées

Sont éligibles au dispositif d’accueil des enfants, dont au moins un des parents exerce l’une des professions suivantes et dont l'enfant ne peut pas être pris en charge par ailleurs :

  • Tous les personnels des établissements de santé ;
  • Les biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers diplômés d’Etat, médecins, masseurs kinésithérapeutes, pharmaciens, sages-femmes, orthophonistes, psychomotriciens, prestataires de santé à domicile ;
  • Tous les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage (professionnels en charge du contact-tracing, centres de dépistage, laboratoires d’analyse, etc.) et de vaccination (personnels soignants et administratifs des centres de vaccination, pompiers, personnels vétérinaires), ainsi que les préparateurs en pharmacie et les ambulanciers ;
  • Les personnels des sites de production de vaccin et intrants critiques ;
  • Les agents des services de l’État chargés de la gestion de la crise au sein des préfectures, des agences régionales de santé et des administrations centrales, ainsi que ceux de l’assurance maladie chargés de la gestion de crise ;
  • Tous les personnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux suivants : travailleurs sociaux du secteur accueil-hébergement-insertion, EHPAD et EHPA (personnes âgées) ; établissements pour personnes handicapées ; services d’aide à domicile (personnes âgées, personnes handicapées et familles vulnérables) ; Services infirmiers d’aide à domicile ; lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé ; appartements de coordination thérapeutique ; CSAPA et CAARUD ; nouveaux centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus ;
  • Tous les personnels des services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et de la protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les établissements associatifs et publics, pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et d’interventions à domicile (TISF) et les services de prévention spécialisée ;
  • Les personnels de la protection judiciaire de la jeunesse ;
  • Les enseignants et professionnels des établissements scolaires, les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant, les assistantes maternelles ou les professionnels de la garde à domicile, les agents des collectivités locales, en exercice pour assurer le service minimum d’accueil, les personnels des CROUS affectés à la restauration ;
  • Les forces de sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie, sapeurs-pompiers professionnels), les policiers municipaux, les surveillants de la pénitentiaire, les militaires engagés dans l’opération sentinelle, les douaniers.

Appel aux personnels volontaires

Cela dit, pour assurer les cours des enfants des professionnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire, en présentiel, il faut des personnels de l'Education nationale !
Ainsi, un appel a été lancé à leur attention. Les volontaires sont invités à se rapprocher de leur circonscription.

De nombreux enseignants ont accepté de jouer le jeu. Ils ont été remerciés et félicités, pour leur engagement solidaire, par le Rectorat, lors de la conférence de rentrée, qui s'est tenue ce jeudi, en mi-journée, en présence notamment de la Rectrice d'Académie, Christine Gangloff-Ziegler.