Les fêtes de fin d'année ont dynamisé les bilans des commerçants

économie
Bilan des fêtes
©Alexandre Houda

Huit mois de souffrance allégés par quatre semaines de reprise. Les chiffres des ventes de la fin d'année sont encourageants et donnent du baume au coeur aux commerçants lourdement impactés par la crise sanitaire.

Elles étaient la seule perspective des commerçants de Guadeloupe et elles ont tenu leurs promesses. Les ventes des fêtes de fin d'année affichent un bilan plutôt positif. Les chiffres ne sont certes pas comparables à l'année précédente, mais c'est une petite victoire après plusieurs mois marqués par les mesures restrictives de lutte contre la Covid19. Toutefois, les situations, selon les secteurs, sont assez contrastées.

Une clientèle versatile

La distribution a eu bien du mal à lire le comportement de la clientèle et cela a impacté les commandes. Si les stocks étaient bien présents, il était difficile de savoir à l'avance les références qui allaient fonctionner. De plus, le suspens a plané jusqu'au dernier moment puisque les ventes ont démarré tardivement tractées en partie par les spiritueux.

Le bilan est plutôt positif, nous avions beaucoup de stock, mais les gens se sont lâchés à la dernière minute. Du coup, le mois qui était mal parti s'est plutôt bien terminé. Les objectifs ne sont pas atteints et on reste en-dessous de l'année dernière, mais ces chiffres sont encourageants.

Yannick Alice, directeur des établissements Jacques Nouy

L'indécision des clients a aussi affecté les grandes enseignes qui ont passé de grosses commandes au dernier moment. Difficile de suivre pour les grossistes d'autant que plusieurs facteurs externes ont aussi contraint le dynamisme du secteur.

Yannick Alice

Pas de crise pour les jouets

Les vendeurs de jouets, eux, ont retrouvé le sourire depuis le mois d'octobre. Le secteur de l'enfance a, une nouvelle fois, montré sa fiabilité. Les parents ont commencé très rapidement à se mettre en quête des cadeaux de Noël.

Cette année, nous avons pu compter sur les parents prévoyants qui ont, à mon avis, eu peur d'un nouveau confinement. Ils ont aussi anticipé la rupture puisque l'on a su très tôt que certaines usines ont fermé en raison du virus.

Laéticia Sadou, directrice commerciale de Jouet Club Guadeloupe

Les mois d'octobre et de novembre ont affiché de très bonnes ventes. Le début du mois de décembre a rencontré un trou d'air avant une reprise dans la dernière ligne droite des fêtes de Noël. Au final, l'année 2020 est meilleure que les années précédentes.

C'est difficile de l'analyser pour le moment. On peut imaginer que les loisirs et les sorties étant impossibles, les dépenses se sont reportées sur les jouets. Et puis, l'année a été aussi difficile pour les enfants, les parents ont donc tenu à leur faire plaisir.

Laéticia SADOU

 

À lire aussi : Top 4 des jouets les plus demandés en Guadeloupe

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live