Les marins pêcheurs bloquent le chenal d’accès du Port de Pointe à Pitre.

pêche
Blocage du chenal de Pointe à Pitre par les pêcheurs
©E. Stimpfling

Un acte de colère et de détresse pour exiger une baisse immédiate de 50 centimes du prix du litre de carburant détaxé. Les professionnels de la mer l’affirment haut et fort, ils n’en peuvent plus.

La crise sanitaire, la fermeture des restaurants, la baisse du pouvoir d’achat des guadeloupéens ont eu raison de la profession. Au bord de l'asphyxie et cependant, conscients que les prix pratiqués par eux pèsent sur les moyens des consommateurs, les marins pêcheurs ont donc décidé de se faire entendre en obstruant l'entrée du chenal de Pointe-à-Pitre. 


Henri Lalanne est patron pêcheur. Il explique les difficultés de la profession à travers sa propre expérience

Henri Lalanne, patron de l'Andréa

Henri Lalanne, patron de l'Andréa

Invité ce matin de notre édition radio, Charly Vincent le président du Comité Régional des Pêches de la Guadeloupe a fait part de son indignation. Et à la tête d’une intersyndicale de marins pêcheurs. Il se dit prêt à aller jusqu’au bout, malgré la gêne occasionnée par le mouvement.

Charly Vincent, Président du CRPMEM de la Guadeloupe

Charly Vincent Pdt CRPMEM de Guadeloupe

Invité du journal télévisé de 13 heures de Guadeloupe La 1ère Philippe Guy directeur de la SARA s'est exprimé sur les raisons de ce mouvement et la part de responsabilité de la SARA dans la fixation des prix des carburants.

Philippe Guy directeur de la SARA

Blocage des marins pêcheurs
©E. Stimpfling

En fin de journée, déçus de n'avoir rien obtenu, et amers de n'avoir pas intéressés les différents responsables politiques, les marins-pêcheurs se disaient prêts à durcir leur mouvement en laissant planer le doute sur la forme que prendrait ce durcissement 

Charly Vincent, Président du CRPMEM de la Guadeloupe

Les conséquences immédiates de ce blocage sont déjà nombreuses. La compagnie maritime l’Express des îles a annulé ses rotations. Pour sa part, le porte-conteneurs qui était attendu sur le port a pris position au large de la Guadeloupe en attendant des jours meilleurs. Enfin, en fin de journée, plusieurs marchands de légumes de Marie-Galante, faute pouvoir retourner sur l'île, s'apprêtaient à passer la nuit dans leurs véhicules sur le parking de la gare maritime.

marchandes à la gare maritime
©L. Gaydu