Les nouveaux renforts sanitaires sont arrivés en Guadeloupe, pour assurer la relève de leurs prédécesseurs

coronavirus
Renforts sanitaire 20/08/2021
©Ronhy Malety
163 personnels médicaux et 32 pompiers sont arrivés en Guadeloupe, dans la soirée du vendredi 20 août. Ils vont renforcer les équipes locales, au sein des cliniques et hôpitaux, afin de faire face à la terrible 4ème vague de Covid-19 ; cela en remplacement des volontaires arrivés le 10 août dernier.

En Guadeloupe, comme en Martinique, la quatrième vague de l'épidémie de coronavirus va encore crescendo. Elle continue de mettre sous forte tension les capacités hospitalière, tant en médecine, qu'en soins critiques. Les moyens humains et matériels manquent, pour une prise en charge optimale des patients.
Le nombre de morts, en milieu hospitalier, ne cesse d'augmenter. Il y en a eu près de 120, ces 12 derniers jours, uniquement dû à la Covid-19 ; 60, entre lundi 16 et vendredi 20 août 2021.
C'est ainsi que le directeur du Centre hospitalier universitaire de Pointe-à-Pitre/Les Abymes, Gérard Cotellon, a demandé, à tout son personnel en congé de regagner son poste de travail, cette semaine.

Dans ce contexte, la solidarité nationale joue.

De nouveaux renforts bienvenus

163 médecins, infirmiers, aides-soignants, kinésithérapeutes et 32 pompiers se sont portés volontaires, pour aider leurs collègues Guadeloupéens, mobilisés depuis plusieurs mois et au bord de l'épuisement. Ils sont arrivés, vendredi 20 août 2021, à l'aéroport "Pôle Caraïbes". Ils prennent ainsi la relève des 160 renforts présents sur le territoire, depuis le 10 août dernier et qui repartiront dimanche 22 août.

Renforts sanitaire 21/08/2021
©Ronhy Malety
Pompiers arrivés en renforts - 20/08/2021
©Ronhy Malety

A-peu-près autant de professionnels de santé et de secours sont allés en Martinique.

Répartis sur tout le territoire, en fonction des besoins

Ces hommes et ces femmes, venus des quatre coins de l'Hexagone, n'ont reçu leurs affectations qu'après avoir posé le pied sur le territoire. Ils ont été aiguillés par les acteurs de l'Agence régionale de santé (ARS) et oeuvreront dans les cliniques et hôpitaux de l'archipel, mais aussi de Saint-Martin, durant une quinzaine de jours, voire plus, si une demande de prolongation exceptionnelle est formulée.

Ces volontaires, moins nombreux qu'initialement prévu, ont été accueillis par la directrice de l'ARS, Valérie Denux et par le préfet, Alexandre Rochatte, qui veillent à répartir au mieux ces nouvelles forces vives :

©Jordi Rayapin et Ludovic Gaydu - Guadeloupe La 1ère


La joie d'aider mêlée à de l'appréhension

Tous sont heureux de pouvoir se rendre utiles, même s'ils appréhendent un peu ce qu'ils vont découvrir sur le terrain, alors que la situation leur a déjà été décrite comme catastrophique. C'est le cas d'Elmaze Urelus, infirmière, du lieutenant-colonel Jean-Paul Bosland, chef de détachement des pompiers, Charlène Paux, aide-soignante et le Caporal Davy SSossé, sapeur-pompier :

©Jordi Rayapin et Ronhy Malety - Guadeloupe La 1ère

L'avion qui les a acheminés jusque chez nous, depuis l'aéroport parisien d'Orly, transportait aussi du matériel médical.