Les soignants de Guadeloupe expriment leur détresse sur un groupe Facebook

coronavirus
Réanimation Covid CHU
©Olivier Duflo
Alors que le variant Delta fait rage dans le département, la défiance et la suspicion n'ont jamais été aussi présents dans le débat public. Les soignants à bout de forces décident de témoigner sur un groupe Facebook récemment créé.

Steve Salim, entrepreneur engagé, déjà connu pour son combat pour l'agriculture respectueuse de l'environnement et de l'homme, a fondé, il y a quelques jours seulement, un groupe de témoignages dédiés aux soignants de Guadeloupe. L'idée est partie de sa propre incompréhension face à l'escalade du débat entre les pro et les anti-vaccination Covid-19.

Un jour, alors que j'étais de sortie, j'ai rencontré des gens qui manifestaient dans la rue, parmi eux des gens que je savais malades. Jétais surpris de les voir là et ils relativisaient leur état. Ça m'a choqué, j'ai fait un petit coup de gueule sur mes réseaux. Il a été suivi de témoignages d'infirmiers sur  Instagram qui me racontaient leur quotidien et j'ai été très ému de leurs confidences. On sentait qu'ils avaient envie de parler. Ils ne voyaient pas pourquoi les gens ne comprenaient pas, pourquoi ils voulaient que ce soit quelque chose de faux. J'ai donc posté la photo de leurs témoignages et j'ai eu énormément de partages.

Steve Salim


Plutôt que de laisser toute cette énergie s'échapper, Steve Salim décide alors de leur consacrer un groupe public, sorte de tribune où les gens, soignants comme malades, pourraient déverser leurs incompréhensions, leurs inquiétudes et témoigner de ce que tant de gens nient encore. En quelques heures le groupe atteint le millier de participants.

Colère des soignants, incompréhension des malades

Malgré les règles de politesse et de vie du groupe, il n'échappe pas à la vigueur du débat qui divise en ce moment la société Guadeloupéenne. Mais il est plus difficile de contester l'existence du virus, quand les malades témoignent eux-mêmes de la galère des urgences, des décès qui s'enchaînent, des familles qui repartent dans la douleur.

Témoignage 1
©RS
Témoignage 2
©RS
Témoignage 3
©RS

Les soignants eux, témoignent de l'hostilité des gens, des conditions de travail indignes, des heures qui ne semblent jamais finir, et de leur mal-être qui grandit à cause d'une crise à rallonge. Tous ces bouts de vie, permettent, selon Steve Salim de lutter contre la désinformation grandissante sur l'épidémie.

Dans une société où on ne prend plus le temps, on voit des gens qui écrivent de longs textes. Ils prennent le temps. Même les gens les plus pudiques se dévoilent car il veulent apporter une nouvelle dimension au débat.

Steve Salim

 

Même les avis les plus antagonistes ont une base commune. L'exaspération face à cette crise sanitaire et la vie qui ne tourne plus qu'autour de la contamination. La Covid-19 semble poser chaque jour plus de questions qu'elle n'en résout. Selon Steve Salim, une cellule de discussion publique aurait pu être créée dès le départ par les autorités sanitaires, afin de désamorcer les tensions, libérer la parole et couper court à la désinformation.