Accès maritime à Marie-Galante : nouveau round annoncé, entre les élus et le préfet

coronavirus marie-galante
Marie-Galante
Alors que le préfet a obtenu la réouverture de l'accès maritime à Marie-Galante, l'avocate des trois maires de l'île promet de ne pas en rester là. Interdire l'accostage et le débarquement était le meilleur moyen de préserver la population du coronavirus, selon les élus.

Episode 1


Soucieux de préserver la population Marie-Galantaise de l'épidémie de coronavirus, les trois maires de l'île ont communément pris un arrêté interdisant temporairement l'accostage et de débarquement de passagers de tout navire de commerce et de plaisance. C'était le 17 mars 2020. Ce document est consultable ici :

Seulement voilà, le préfet ne l'entendait pas de cette oreille...
 

Episode 2


Le préfet de la région Guadeloupe, Philippe GUSTIN, garant du maintient de la continuité territoriale, s'est opposé à cet arrêté et a saisi le juge des référés. Et le Tribunal administratif lui a donné raison, ce vendredi 27 mars, en suspendant l'arrêté pris par Maryse ETZOL, maire de Grand-Bourg, Jean-Claude MAES, maire de Capesterre de Marie-Galante et Jacques CORNANO, maire de Saint-Louis .
Voilà les dessertes maritimes à nouveau autorisées, en dépit de l'avis des élus de Guadeloupe unanimes et d'une partie de la population.
Le juge est même allé plus loin que la requête du représentant local de l'Etat,

Selon l'avocate des trois maires de l'île, Maître Joselaine GELABALE, cette décision est "largement criticable" parce qu'elle va "à l'encontre de l'intérête de toute une population" : 

Me GELABALE - intérêt arrêté

Episode 3


Sûr d'avoir raison et d'être dans leur bon droit, au nom de la sécurité sanitaire des Marie-Galantais, les élus de l'île ne vont pas en rester là.

Me GELABALE - contestation à venir

Le mal semble profond, entre les élus et le préfet, qui ne parlent pas le même langage et qui échangent par médias et salles d'audience interposés.
 

Un nouveau soutien aux maires de Marie-Galante


Après avoir reçu le soutien de plusieurs confrères élus de Guadeloupe, Maryse ETZOL, Jean-Claude MAES et Jacques CORNANO, reçoivent aujourd'hui l'appui du Président de région, Ary CHALUS qui, en charge des dessertes inter-îles, veut aller plus loin et précise dans un communiqué :

La Région Guadeloupe travaille avec les élus à une solution de transport répondant aux besoins de l'île en cette période particulière de confinement. Ces besoins sont de permettre à dix patients par semaine de bénéficier de soins indispensables. Ils prennent aussi en compte un volant de dix places supplémentaires par rotation pouvant être utilisées par des personnes répondant aux exceptions des mesures de
confinement, en respectant les recommandations imposées par le contexte (port de masques et de gants). Au vu de ces besoins spécifiques, la voie aérienne s'avère la plus adaptée par sa durée de 15 minutes et son coût 8 fois inférieur à la voie maritime.

Communiqué de la collectivité régionale, que vous pouvez consulter ici :