La Région sollicitée par le SYVADE pour participer au transfert des déchets de Marie-Galante

environnement marie-galante
Vue aérienne de la décharge de La Gabarre - SYVADE
Vue aérienne de la décharge de La Gabarre - SYVADE ©SYVADE
Le SYVADE entend obtenir l'accompagnement financier de la Région, pour le transfert des déchets de Marie-Galante, du quai de Folle Anse à la Guadeloupe continentale. Dominique Biras vient de relancer Ary Chalus sur ce dossier.
Le soutien financier régional est indispensable, dans ce dossier de transfert des déchets de Marie-Galante, vers la Guadeloupe proprement dite, par le Syndicat de traitement et de valorisation des déchets (SYVADE). Cet accompagnement permettra à la communauté des communes de faire face aux coûts élevés de ces opérations, engendrés par la double insularité.


Un dossier brûlant que veut faire avancer le président du SYVAD

Dès son élection à la présidence du SYVADE, Dominique Biras avait, le 10 août dernier, saisi Ary Chalus de ce dossier.
La communauté des communes de Marie-Galante bénéficie, pour l'heure, d'un mécanisme de mutualisation et de péréquation des coûts supportés, pour l'essentiel, par des membres adhérents du SYVADE, proportionnellement à leurs populations.
Ainsi, pour une dépense totale de près de 600.000 euros :
  • la CCMG paye 45.000 euros ;
  • près de 413.000 euros sont assumés par Cap Excellence ;
  • et quelques 130.000 euros sont versés par la Communauté d'agglomération du Nord Basse-Terre (CANBT).
Une solidarité indispensable, assurée actuellement uniquement par ces deux dernières EPCI, compte tenu de la diminution du périmètre du Syndicat. Cela conduit à une augmentation de près de 40% de leurs charges.

Sans réaction de la collectivité régionale, le 13 septembre dernier, le président du SYVADE a, une nouvelle fois, relancé le président Chalus, sur ce sujet primordial, pour le territoire de la Grande Galette. Car cet investissement lui est indispensable.

Le Syndicat de traitement et de valorisation des déchets est, de plus en plus, face aux opérateurs, qui fixent seuls les prix ; ce qui n'est pas sans conséquences, sur le fonctionnement et le coût des services.
Aussi, Dominique Biras réitère avec insistance sa demande de soutien de la Région, au titre de la continuité territoriale, pour le transfert des déchets, depuis Folle Anse.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live