Le Marie-Galantais Anatole Marne est bien mort pour la France

histoire marie-galante
Monuments aux morts de la ville du Havre
Il portera bientôt le nom d'Anatole Marne ©Le Havre
Un Guadeloupéen oublié vient de ressurgir à la lumière : Anatole MARNE  maître d’équipage tué en 1944 vient d’être honoré : le Ministère de la Défense a reconnu cette semaine qu’il est mort pour la France…
C’est tout le travail d’un historien passionné  qui fait ressurgir de l’histoire de France les héros guadeloupéens oubliés. François CARTIGNY a la silhouette fine et sèche des marcheurs et le regard passionné au dessus d’un nez en bec d’aigle. Il regarde la Garonne depuis la rue d’Escassefort, petite commune où il réside près de Marmande. Il a fait sa carrière de juriste en Martinique. Il fouille les dossiers, les champs de bataille des deux guerres mondiales pour retrouver les soldats, les résistants, les déportés martiniquais ou guadeloupéens Anatole MARNE est sorti de l’oubli. Anatole est un « ti moun » de Grand bourg de Marie-Galante. Un enfant d’agriculteurs qui choisit de devenir marin. 
Anatole Marne

Il fera la première guerre mondiale courageusement dans la marine marchande et sera tué en juin 1944 dans un bombardement américain du Havre. Oublié dans la masse des  5000 victimes civiles du Havre en juin 1944. C’était sans compter sur François Cartigny. Historien et enquêteur.
« Anatole Marne a eu un destin tragique puisqu’il est mort dans un bombardement aérien anglo-américain sur la ville du Havre. Ville qu’il habitait puisqu’il était marin du commerce. Il avait 56 ans. Marne a passé son enfance à Grand Bourg de Marie-Galante où il est né le 29 juillet 1887.Il était le fils de Siméon Marne et de Juliette Fessin qui étaient tous les deux cultivateurs au Grand Bourg. Après avoir été marin à Pointe-à-Pître, Marne a été marin au commerce en métropole. Réquisitionné comme marin du commerce et, entre 1914 et 1919, Marne ne cesse de naviguer. Il s’établira au Havre, la guerre terminée. Il continuera sa carrière dans la marine marchande jusqu’à devenir Maître d’équipage. Arrive la terrible année 1944, et les bombardements autour du Jour J. Anatole Marne est tué chez lui. Comme toutes les victimes civiles, il est considéré comme étant »Mort pour la France » mais la demande n’avait jamais été faite et Anatole Marne est parti dans l’oubli. Son décès a été déclaré à la Mairie du Havre le 17 juin 1944 par un capitaine de la Marine Marchande, un guadeloupéen nommé Jean CLARISSE.
 

Lettre de réhabilitation

Anatole Marne a donc été reconnu mort pour la France par un courrier officiel adressé à François CARTIGNY signé de la directrice de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre. Anatole Marne n’a plus de famille et c’est donc toute la Guadeloupe qui est honorée. La ville du Havre vient d’informer François CARTIGNY que le nom du marin de Marie- Galante serait inscrit sur le Monument aux morts de la Ville.