Le ministre américain du logement, Ben Carson, compare les esclaves aux immigrés

polémique
Ben Carson
©Gage Skidmore
Lors d'un discours officiel, le ministre du logement américain, Ben Carson, a comparé les esclaves aux immigrants venant chercher une vie meilleure aux Etats-Unis. Des propos qui ont profondément choqué de nombreux Américains. 
Ben Carson, ministre du logement et du développement urbain de Donald Trump, fraîchement nommé crée déjà la polémique.

Esclaves et immigrants, même combat pour Ben Carson

Lors de sa première allocution officielle, il s'est exprimé sur le rêve américain. Un Idéal que beaucoup aspirent à vivre. L'idée pourrait paraître intéressante... Sauf que le ministre, lui même Afro-Américain, fait un parallèle entre esclaves et immigrés, affirmant que les hommes et les femmes, venus d'Afrique, victimes de l'esclavage étaient des "immigrés" venus vivre "le rêve américain". 

Des condamnations

Ces déclarations n'ont pas manqué de faire réagir au sein de la communauté afro-américaine, mais plus encore, ce sont de nombreux Américains, toutes ethnies confondues qui ont tenu à réagir. 
Furieux, l'acteur Samuel L. Jackson, vu dans des films comme Pulp Fiction ou Django Unchained, a tout simplement traité le ministre de "connard". 
D'autres comme la réalisatrice Ava DuVernay ont voulu montrer leur désaccord. 
Traduction : "Leur rêve ? Ne pas être kidnappés, torturés, violés, forcés de s'accoupler, travailler pour le compte d'un autre, voir leur famille, leur culture, déchirées".

L'association nationale pour la promotion des personnes de couleur, la NAACP, ainsi que Chelsea Clinton, la fille de l'ancien Président américain, Bill Clinton et d'Hillary Clinton, candidate à la présidentielle, se sont indignés. 
Traduction : "Des immigrants ?"
Traduction : "Ce n'est pas vrai. Les esclaves n'étaient pas et ne sont pas des immigrants. 2017."

Habitué des polémiques

Déjà en 2013, il avait tenu des propos qui avaient fait la polémique. Alors candidat à la primaire républicaine, il avait comparé la loi sur la santé initiée par Barack Obama, à une période d'oppression infligée aux Afro-Américains aux Etats-Unis. "L'Obamacare est la pire chose qui nous soit arrivée depuis l'esclavage", avait-il déclaré. Une déclaration qui avait suscité la fureur et l'incompréhension de nombreux Américains. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live