"Non" ou alors "plus tard", les Guadeloupéens ne se précipiteront pas sur le vaccin

coronavirus
Vaccin anti-Covid
©A. E.

La campagne de vaccination pour lutter contre la Covid19 démarrera dans l'archipel le vendredi 8 janvier prochain aux Abymes. Comme en France, elle est tractée par des personnalités volontaires pour montrer l'importance de cet acte médical. Mais les Guadeloupéens, eux, restent méfiants.

"Préparé dans la précipitation", "trop peu connu", "objet d'une grande manipulation mondiale", les arguments des Guadeloupéens pour ne pas se faire vacciner sont nombreux. Alors que l'ARS multiplie, depuis plusieurs semaines, les appels à l'apaisement et encourage l'information autour des composés du vaccin, bien peu  semblent disposés à lui tendre le bras.

5 500 doses en urgence

Pour rappel, la vaccination devrait commencer par un premier palier de 5 500 doses destinées aux personnes les plus vulnérables. Les personnes âgées résidentes d'un EHPAD, ainsi que l'ensemble des personnels soignants sont les cibles de ces premières vaccinations. C'est pourquoi, ce vendredi, la campagne commencera au centre hospitalier gérontologique de Palais Royal. Ensuite un peu plus de 70 000 personnes devraient avoir accès au vaccin par le biais de centres de vaccination dont la carte sera dévoilée dans les prochaines semaines par l'agence régionale de santé.

La vaccination s'y fera de manière complètement volontaire même si la cible principale reste les personnes âgées de plus de 65 ans et/ou souffrant de maladies chroniques qui en font des proies privilégiées du virus. Mais, à l'heure qu'il est, il semble que bien peu de personnes, y compris celles qui font partie de la cible, soient disposées à se faire vacciner. Les Guadeloupéens, en grande partie, sont très méfiants vis-à-vis du vaccin.

 

VOIR AUSSI : Compte-rendu de la conférence de presse du Premier Ministre Jean Castex, jeudi 7 janvier 2021