publicité

Un goût de revanche dans les lendemains de grève

La CGTG appelle à une mobilisation ce lundi devant le commissariat central de Pointe-à-Pitre pour protester contre les conditions d'application de l'accord de fin de conflit conclu le mois dernier

Mouvement devant le commissariat de police de Pointe-à-Pître © Ch. Théophile
© Ch. Théophile Mouvement devant le commissariat de police de Pointe-à-Pître
  • Guadeloupe La 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Les salariés de l’UES Karucash et Sofhyper ont appelé hier, lors d’une assemblée générale, à une grève. Ils dénoncent "l’esprit revanchard" de la direction et la répression contre les anciens grévistes.
En réalité, il s'agit surtout pour  les militants de la CGTG de soutenir l'une de leur collègue, particulièrement active durant le conflit et qui, aujourd'hui, est poursuivie pour "diffusion d'images sans autorisation". Une plainte qui émanerait de l'un des salariés non grévistes qui aurait été photographié à son insu, photos qui auraient ensuite été publiées.
L'employée qui faisait l'objet de cette convocation au commissariat © R. Malety
© R. Malety L'employée qui faisait l'objet de cette convocation au commissariat
Un prétexte selon la centrale qui voit là une manière de sanctionner les anciens grévistes. Convoquée à 11h, l'intéressée est arrivée entourée de ses soutiens syndicaux. Elle est entendue par les enquêteurs de la police.
JACQUES JERNIVAL UGTG
Pour autant, les points de revendication de la mobilisation ne sont pas sans fondement, ils doivent être évoqués lors d'une rencontre à la DIECCTE, cet après-midi, une rencontre prévue de longue date, dans le cadre de l'accord de fin de conflit.
La plate forme du réclame cependant la prime Macron, le respect des instances représentatives du personnel, le respect des accords signés à l’issue de la longue grève de Milénis en février dernier, et la poursuite des NAO débutés en 2018.
Le piquet de grève dressé durant 80 jours à l'entrée du Centre commercial
Le piquet de grève dressé durant 80 jours à l'entrée du Centre commercial
Le mois dernier, dans la nuit du 9 au 10 février, un accord était intervenu entre les deux parties en présence dans le conflit, mettant un terme à un conflit qui aura duré 80 jours.
Pour revoir les termes de l'accord, cliquez ici

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play