Nouvelle nuit de violences, en Guadeloupe

violence
Quartier de l'Assainissement, 2h38, dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 novembre 2021
Quartier de l'Assainissement, 2h38, dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 novembre 2021 ©Steeve Prudent
Les nuits se suivent et se ressemblent, en Guadeloupe. L'annonce de l'arrivée, dans l'archipel, de renforts du RAID et du GIGN n'a pas calmé les ardeurs des casseurs, des pilleurs et des individus qui tiennent le siège, sur les barrages positionnés partout dans l'archipel.

Pour la troisième nuit consécutive, des bandes d'individus s'en sont pris à des commerces et ont tenu le siège, sur les barrages enflammés qu'ils ont érigé, un peu partout dans l'archipel guadeloupéen.

Nouvelle nuit de violences

Des heurts ont éclaté, dans Pointe-à-Pitre et ses alentours, entre manifestants et forces de l'ordre, notamment dans le quartier de l'Assainissement et à Carénage.
Les riverains parlent d'affrontements jusqu'à près de 4h00, avant un retour au calme précaire. 

Le fait est que les membres des groupes étaient parfois armés...

Avant cela, les fauteurs de troubles avaient pris possession de la rue et dévalisaient les commerces de la zone :


Au petit matin, les stigmates de cette nuit agitée témoignaient de l'agitation qu'il y a eu : barrages fumants et déchets de toutes natures jonchant les rues.

La circulation toujours entravée

Dans l'agglomération pointoise, mais aussi dans les points stratégiques de la Guadeloupe, occupés depuis quatre jours, les barrages sont encore positionnés.
La plupart est hermétique : nul ne peut passer au pied de Fouillole, ni au rond-point de Perrin aux Abymes et idem au rond-point de Montebello à Petit-Bourg.

Barrage du rond-point de Montebello, à Petit-Bourg
Barrage du rond-point de Montebello, à Petit-Bourg, au petit matin du 21/11/2021 ©Gilbert Pincemail


Mare-gaillard, au Gosier, reste occupé, par les bandes mobilisées.
Petit-Canal, Port-Louis, Morne-à-l'Eau et Le Moule ne sont pas épargnées ; des points de blocage sont signalés, en plusieurs endroits.
Vieux-Habitants et Sapotille, à Trois-Rivières, sont bloqués également.
A Sainte-Anne, les ronds-points de Bois-Jolan et Gissac ont aussi été obstrués.

Rond-Point de Bois Jolan, à Sainte-Anne
Rond-Point de Bois Jolan, à Sainte-Anne - 21/11/2021 ©Gessy Blanquet

En revanche, en début de journée, le passage était possible à Mahault, à Pointe-Noire, à l'entrée de la route de la Traversée, qui fait le lien entre la Côte-sous-le-vent et l'agglomération pointoise.
Les automobilistes passaient difficilement, à Rivières des Pères, à Basse-Terre, ce matin.

Les personnes mobilisées usent de centaines de voitures, désormais des carcasses calcinées, pour bloquer toute circulation, mais aussi de bennes à ordures, de déchets divers et de branchages, puisqu'ils n'hésitent pas à abattre des arbres, pour alimenter leurs barricades.

Il est rappelé à l’ensemble de la population de limiter ses déplacements, dans le cadre du couvre-feu instauré. Les multiples barrages installés, pour faire échec à la progression des forces de l’ordre, sont autant de dangers, pour les automobilistes et nuisent à l’intervention des services d’urgence de santé.

Préfet de la Guadeloupe


48 interventions des pompiers 

Entre 19h et 5h, durant la nuit de samedi à dimanche, les pompiers ont totalisé 48 interventions, dont 21 "sans engagement de moyens", précise le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS).
Les soldats du feu ont été appelés à éteindre trois feux de voitures : deux à Pointe-à-Pitre et un aux Abymes.
Ils signalent aussi deux incendies, à Morne-à-l'Eau, dont un dans les locaux de la police municipale.
A chaque fois, les barrages ont gêné, voire empêché parfois, la progression des secours.

Une femme de 80 ans, qui était sur son balcon, a été blessée légèrement par un plomb, à Pointe-à-Pitre.
Lors d'échanges de tirs, un sapeur-pompier et un policier ont également été légèrement blessés par balles de plombs.

L’hospitalisation d’une fillette en insuffisance respiratoire a été retardée, par les entraves à la circulation.

Nouveaux casses

A nouveau des commerces ont été vandalisés... mais pas seulement des commerces. Des individus se sont introduits dans les locaux de la police municipale du Gosier, durant la nuit ; ils ont tout saccagé, à l'intérieur et ont tenté de mettre le feu :

Vandalisme des locaux de la police du Gosier
Vandalisme des locaux de la police du Gosier - 21/11/2021 ©Gilbert Pincemail
Vandalisme des locaux de la police du Gosier
Vandalisme des locaux de la police du Gosier - 21/11/2021 ©Gilbert Pincemail

A Morne-à-l'Eau, la pharmacie du marché a été vandalisée :

Pharmacie du marché de Morne-à-l'Eau
Pharmacie du marché de Morne-à-l'Eau - 21/11/2021 ©Peggy Robert

A Lamentin, des malfaiteurs ont usé d'une pelle mécanique, pour éventrer les devantures de boutiques de la Galeries Montplaisir et du Carrefour Market, pénétrer où bon leur semblait et se servir :

Carrefour Market de Lamentin
Carrefour Market de Lamentin - 21/11/2021 ©Direction du magasin vandalisé
Galerie Monplaisir, à Lamentin
Galerie Monplaisir, à Lamentin

Plusieurs magasins du centre-ville de Basse-Terre ont aussi été visités.

Centre-ville de Basse-Terre
Centre-ville de Basse-Terre - 21/11/2021

Pour ne citer que ces méfaits...
Bien sûr, les forces de l'ordre ne pouvaient pas être partout. Et leur progression était entravée par les barrages, méthodiquement installés par les pilleurs.

Par ailleurs, EDF Archipel Guadeloupe constate la dégradation d’ouvrages électriques, à proximité des barrages.
C'est le cas notamment à côté de celui érigé à Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau, où un arbre a été coupé ; celui-ci, en tombant, a sectionné des câbles électriques. Cette dégradation d’ouvrages prive d’électricité plusieurs usagers et présente des risques réels d’électrocution, voire d’électrisation, pour la population, aux abords de ces barrages.
A ce titre, l'opérateur rappelle de ne jamais toucher aux câbles électriques, qu’ils soient tombés à terre ou non, en raison des risques encourus. Pour toute demande de dépannage, les usagers peuvent contacter le service compétent au 0590.82.43.00, accessible 24h/24 et 7j/7 (ce numéro est exclusivement réservé aux urgences et aux appels pour raisons de sécurité).