publicité

Des peines supplémentaires pour les détenus impliqués dans la mutinerie de la prison

Identifiés par le personnel pénitentiaire lors de la mutinerie du 2 août dernier, 9 prisonniers comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre, ce jeudi. Ils ont écopé de peines allant d'un à deux ans d'emprisonnement supplémentaire.

© J-M. Mavounzy
© J-M. Mavounzy
  • Guadeloupe 1ère
  • Publié le , mis à jour le
Le 2 août dernier, une mutinerie éclatait au centre pénitentiaire de Baie-Mahault. Deux semaines après les faits, plusieurs prisonniers reconnus par le personnel pénitentiaire comme ayant pris part à l'émeute, étaient sur le banc des accusés, pour répondre de leurs actes.
Ils étaient 9 à comparaître, devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre, hier, jeudi 17 août. 

1 à 2 ans d'emprisonnement supplémentaire

Les prisonniers devaient répondre de deux types d'infractions : participation à l'émeute et destruction et dégradation de biens en réunion. La procureure générale demandait des peines comprises entre 2 et 5 ans. Ils ont finalement écopé de peines plus légères, allant d'un à deux ans d'emprisonnement supplémentaire. 
Le premier verra sa peine majorée d'un an de prison ferme. 4 autres passeront 18 mois de plus derrière les barreaux. Les 4 derniers écopent de 2 années supplémentaires. 

Satisfaction des avocats

Des peines plus légères dont se sont félicités les avocats des détenus. "Ce qu'on a voulu présenter comme des émeutes n'était qu'une simple manifestation de détenus, qui, après la fouille comprenaient qu'on leur enlève ce qui était illégal. Mais ils n'ont pas compris qu'on leur enlève des objets qu'ils avaient achetés légalement auprès de l'administration pénitentiaire. Ils ont voulu en connaître la cause et la direction a répondu à ces demandes par l'intervention de la brigade, avec des balles en caoutchouc, des grenades et cela a dégénéré", s'est exprimée Gladys Démocrite, avocate de l'un des prévenus.
Elle regrette qu'il n'y ait pas eu de dialogue entre la direction de l'établissement et les prisonniers. Dialogue, qui aurait, selon elle, permis d'éviter cette émeute. C'est ce que le tribunal a compris, ajoute t-elle. Avant de s'exprimer sur les conditions de détention au centre pénitentiaire de Baie-Mahault. "Je déplore la situation de la prison. Après tous les derniers événements, évasion, meutre, il devrait y avoir une remise en question au sein du centre pénitentiaire de Baie-Mahault". 

D'importantes fouilles et de nombreuses découvertes 

Pour rappel, d'importantes opérations de fouilles de cellules de prisons ordonnées par le préfet de la région Guadeloupe et le procureur de la République de Pointe-à-Pitre avaient été menées les 31 juillet et 1er août dernier, au sein de la prison. 75 armes avaient été trouvées, 47 téléphones portables, des "produits stupéfiants" et "différents matériels interdits en détention" également découverts dans 119 cellules

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play