Personnels et patients dénoncent la fermeture du service d'endocrino-diabétologie du CHUG

diabète
Mobilisation des personnels et patients du service endocrino-diabétologie du CHUG
Mobilisation des personnels et patients du service endocrino-diabétologie du CHUG - 13/10/2021 ©Ronhy Malety
Après avoir été transféré, un temps, à Palais Royal, aux Abymes, le service d'endocrino-diabétologie du CHUG se retrouve sans locaux et tout bonnement fermé, selon l'UTS-UGTG. Hier, personnels et patients ont témoigné de leurs souffrances liées à cette cessation d'activité.

Les personnels et les patients du service d'endocrino-diabétologie du Centre hospitalier universitaire de la Guadeloupe (CHUG) étaient mobilisés, mercredi 13 octobre 2021, sur le parking de l'établissement de santé, à l'appel de l'Union des travailleurs de la Santé (UTS), section syndicale de l'UGTG.

Ils ont invité la presse, pour témoigner de leurs souffrances, depuis la fermeture de ce service et l'arrêt du suivi des malades, dans un territoire où le nombre de personnes touchées par le diabète est parmi les plus élevés de France. De plus, on sait que diabète et Covid-19 ne font pas bon ménage.

Selon Sandra Philomin, aide-soignante au sein de ce service d'endocrino-diabétologie du CHUG, le personnel est actuellement sans locaux, pour accueillir et prendre en charge les malades. Ces derniers sont donc livrés à eux-mêmes, selon la militante syndicale.

Pa ni konsultasyon, pa ni opital de jour, pa ni pasyan kouché. Et le diabète en Guadeloupe, sé on gro patoloji.

 

[Traduction du créole : Il n'y a ni consultation, ni hôpital de jour, ni lits destinés aux patients diabétiques. Or, c'est une maladie très présente en Guadeloupe]

Sandra Philomin, aide-soignante au sein de ce service endocrino-diabétologie du CHUG - UTS-UGT

Sandra Philomin ©Ronhy Malety - Guadeloupe La 1ère

La mobilisation d'hier a donné lieu à des prises de paroles, durant la matinée.

Mobilisation des personnels et patients du service endocrino-diabétologie du CHUG
©Ronhy Malety
Mobilisation des personnels et patients du service endocrino-diabétologie du CHUG
©Ronhy Malety