Procès matricide : les avocats de la défense annoncent que leur cliente, Jade, fera appel

justice
Tribunal pour enfants
©Eric Stimpfling
Jade, 16 ans et demi a écopé d'une peine de 14 années de prison ferme pour le meurtre avec préméditation de sa mère. C'est la décision rendue par les juges, hier soir, dans ce procès pour matricide. Les avocats de la défense ont d'ores et déjà annoncé leur intention de faire appel de la décision.

Il y aura un nouveau procès... Quelques minutes après l'annonce de la décision, les avocats de la défense, maîtres Bernard Burman et Jenny Morvan, ont fait savoir qu'ils feraient appel de la sentence infligée à Jade. La jeune fille a été condamnée à 14 années de prison, pour le meutre avec préméditation de sa mère, Yahna

Condamnée à 14 ans de prison

L'affaire avait fait grand bruit, à l'époque, et profondément marqué la population guadeloupéenne.
Après 4 jours d'un procès hors norme, la décision est tombée, dans la soirée. Il aura fallu plus de 4 heures de délibération aux juges pour s'entendre.
Le 6 juillet 2020, l'adolescente avait tiré sur sa mère, avec l’arme de poing de son père, un Glock 25, alors qu'elles se trouvaient à bord d'un véhicule, sur le parking du centre commercial de Baie-Mahault. Deux jours plus tard, Yahna, 39 ans, décédait de ses blessures. 

A l'entame du procès à huis clos, le 13 octobre dernier, de nombreuses questions étaient posées. L'adolescente ayant donné pas moins de 6 versions différentes du terrible drame. 
Si la défense avait soutenu l'homicide involontaire et demandé la clémence, le Parquet avait requis 15 ans de prison ferme
Les juges ont statué sur une peine de 14 ans, soit un an de moins que les réquisitions du substitut du procureur. 

Déception et incompréhension, du côté de la défense

A l'annonce du verdict, l'adolescente et son père ont tous les deux fait un malaise. La grand-mère de Jade, également, selon maître Roland Ezelin, avocat du grand-père de la jeune fille. 
Une famille meurtrie qui a été présente tous les jours pour la soutenir. Mais au sortir de la salle du tribunal, ce samedi soir, ce fut la consternation. 

Et bien que la décision soit respectée, elle a tout de même été critiquée par les deux avocats de la défense. Pour maître Bernard Burman, la déception et l'incompréhension priment. 
Il espère que la cour d'appel entendra leurs arguments et qu'elle reconnaîtra qu'il s'agissait d'un homicide involontaire.

Personne ne peut imaginer que cette enfant de 15 ans et demi, qui n'avait aucun problème avec sa mère, qui était tout à fait heureuse, a pu volontairement, et avec préméditation, vouloir donner la mort à sa maman. 

Me Bernard Burman, avocat de la défense

©Eric Stimpfling

Un sentiment partagé par Me Jenny Morvan, également avocate de la défense. Elle a tenu à rappeler qu'il s'agissait du sort d'"une enfant". 

©Eric Stimpfling

De son côté, l'avocat du grand-père de Jade, Roland Ezelin, s'est dit inquiet pour la santé de l'adolescente. Pour lui, la décision est "sévère".

Humainement, c'est chèrement payé. 

Me Roland Ezelin, avocat du grand-père de Jade

©Eric Stimpfling