publicité

Un regard spécifique pour la formation dans les Outre-Mers

Le projet de loi visant à réformer la formation professionnelle n’est pas adapté, en l’état, aux outre-mers. Les 500 euros annuels du « compte personnel de formation » par exemple, sont insuffisants.

  • O. Lancien
  • Publié le
Le gouvernement veut révolutionner la formation professionnelle. Un projet de loi, présenté le 27 avril dernier en conseil des ministres par la ministre du travail Muriel Pénicaud, va bientôt être étudier devant les députés. Le texte, dit « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » prévoir une réforme en profondeur de ce secteur, et cela provoque de vives inquiétudes chez nous.
La semaine dernière, à Pointe-à-Pitre, les députées Hélène Vainqueur Christophe et Justine Bénin sont allées à la rencontre des OPCA de la Guadeloupe, les organismes collecteurs des fonds pour cette formation professionnelle. Leur première crainte, le risque de disparition du FONGECIF

André Jabol, le président du Fongécif Guadeloupe

Le texte ne tient pas compte des outre-mers selon Hélène Christophe Vainqueur. Il faut donc consulter les principaux concernés, pour faire bouger les choses.

Hélène Christophe-Vainqueur, Députée de la Guadeloupe

Pour la députée de la 4ème circonscription, le texte n’est pas adapté au contexte de la Guadeloupe 

Hélène Christophe-Vainqueur, Députée de la Guadeloupe

Le projet de loi supprime les heures cumulables de formation pour les remplacer par un « compte personnel de formation », avec une somme de 500 euros par an, plafonné à 5 000 euros. Une enveloppe de formation insuffisante pour former les salariés.

André Jabol, le président du Fongécif Guadeloupe

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play