publicité

Le risque allergique associé aux pollens et aux moisissures, plus important aux Antilles que sur le reste de la France

Après le chlordécone, l’ANSES a publié un nouveau rapport, cette fois sur les pollens et les moisissures allergisants dans l’air ambiant outre-mer. Mais en la matière, on est face à un manque de données pour évaluer leur réel impact sanitaire 

  • F. Aristide
  • Publié le
Asthme, toux, rhinites, sinusite allergies… Le risque allergique associé aux pollens et aux moisissures semble bien plus important aux Antilles que sur le reste du territoire français. Pourtant à ce jour, très peu d’informations sont réellement connues et d’études menées, sur ce risque. Saisie par les ministères en charge de l’Ecologie et de la Santé, l’ANSES, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, vient de dresser un constat plutôt inquiétant sous nos latitudes.
18% des enfants chez nous contre 16% dans l’Hexagone en ce qui concerne la rino-pharyngite. 12% oiyr ce qui est de l’asthme chez les adolescents des Antilles contre 8% dans l’Hexagone avec des hospitalisation bien plus fréquentes. Et les adultes de plus de 45 ans ont même entre 2 et 4 fois plus de risque d’en mourir chez nous que sur le territoire national.

Si le lien entre la prévalence de ces pathologies et l’exposition au pollen ou aux moisissures dans nos îles n’est pas clairement établi faute d’étude épidémiologique digne de ce nom, celles menées ailleurs en zone tropicale semblable (Trinidad, Porto Rico ou le Mexique) ont clairement établi ce rapport de cause à effet.
Du coup, l’ANSES s’inquiète de l’absence d’information sur nos territoires, de l’absence de mesures de prévention pour limiter la présence d’espèce végétales aux pollens préoccupants. Elle recommande donc la mise en place d’un dispositif précis de mesure de ces pollens et des moisissures dans l’air, une amélioration de la connaissance de l’Etat de santé des Antillais, et l’installation d’un réseau de médecins sentinelles allergènes.
Reste juste à savoir quand sera menée une véritable analyse de santé public en la matière…

Sur le même thème

  • santé

    Les progrès techniques ne suffisent pas pour que les séniors guadeloupéens s'estiment bien soignés

    La prise en charge médicale s'améliore en Guadeloupe. Et pourtant, 1/3 des seniors Guadeloupéens se déclarent en mauvaise santé contre 13% dans l’Hexagone.Alors que la Guadeloupe va devenir l’un des plus vieux départements de France d’ici 2030, la question de la perte d’autonomie devient cruciale.
     

  • santé

    Un don de sang gastronome aux saveurs locales

    Les collectes de sang ne s'arrêtent pas durant les vacances, bien au contraire. L'EFS rivalise d'originalité pour maintenir la nécessaire mobilisation des donneurs pour continuer de soigner les malades. Et ce lundi, ils auront droit à un don de sang un peu spécial 

  • santé

    Les kinésithérapeutes en colère

    Les kinésithérapeutes sont en colère et manifestent partout en France aujourd’hui. En Guadeloupe également. Les kinés défendent leur métier face à la concurrence des chiropracteurs, profession non régie par le code de la santé publique.
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play