guadeloupe
info locale

Terre de Haut : Les opérateurs maritimes protestent contre l'augmentation de la taxe passager

transports terre de haut
Desserte Les Saintes
Les six opérateurs maritimes qui assurent la desserte de l’île de Terre de Haut protestent contre l’augmentation de la taxe passager. Au 1er janvier, la redevance est passée de 1 à 2 euros sur un billet aller-retour, dont le prix moyen est de 20 euros au départ du port de Trois Rivières.
« La Douane (en charge du recouvrement NDLR) nous a prévenus le 3 décembre, alors que nos tarifs pour la saison 2019-2020 avaient déjà été transmis aux tour-opérateurs » déplore Yannick Jacques, gérante de la COMADILE. Une réaction qui fait suite au doublement, au 1er janvier 2020, du montant de la taxe passager entre Terre de Haut et Trois Rivières.

La commune de Terre de Haut assume la gestion de son domaine portuaire par délégation du Conseil Départemental.  « La Chambre Régionale des Comptes nous a demandés à deux reprises d’améliorer nos recettes fiscales, eu égard au déficit abyssal laissé par mon prédécesseur, déchu de son mandat après avoir été condamné par la Justice » rappelle Louly Bonbon, le maire de Terre de Haut. Le premier magistrat de la commune rappelle que cette augmentation avait fait l’objet d’un avis favorable lors du conseil portuaire du…12 janvier 2017.
 

Un manque de services pour l'usager 


La compagnie maritime CTM Deher, elle, a déposé un recours, le 17 septembre dernier, contre la commune devant le Tribunal Administratif de Basse-Terre, pour s’opposer au principe même de la taxe passager. « Cette taxe est illégitime. A la différence des autres ports de l’archipel, Terre de Haut ne propose aucun service pour l’usager. Pas de gare maritime, pas de toilettes publiques, pas de billetterie » s’insurge Raoul Deher, directeur de la compagnie éponyme.
 
Tableau taxe passager
On écoute Louly Bonbon, le maire de Terre de Haut, interrogé par Eric Stimpfling :
 
©guadeloupe


En 2019, la commune a perçu 175 730 euros au titre de cette redevance. Un montant qui ne reflète pas la réalité d’un trafic estimé à plus de 450 000 passagers par an.