guadeloupe
info locale

Sévère réquisitoire du procureur dans le dossier du SIAEAG

justice
Le nouveau Palais de Justice de Pointe-à-Pître
©J.F.J.O
Depuis hier le tribunal correctionnel de Pointe à Pitre examine le dossier du SIAEG. Dans le box, 5 prévenus dont l’ancien président Amélius Hernandez soupçonné de détournement de fonds, les 4 autres gérants de société de communication sont poursuivis pour recel.
 
Et le procureur de la République vient de prononcer un réquisitoire très lourd pour les cinq prévenus. Il demande :
- Pour Amélius Hernandez : 5 ans de prison dont 3 avec sursis. Une inéligibilité définitive. Une interdiction définitive de diriger un établissement public et 500 000 Euros d'amende.
- Pour Maggy Céligny et Francine Mathiasin : 3 ans de prison avec sursis, exclusion des marchés publics pendant cinq ans, et 300 000 Euros d'amende
- Pour Joël Compper : 2 ans de prison avec sursis, exclusion des marchés publics pendant 5 ans et 300000 Euros d'amende
- Pour Eulalie Fiston : 3 ans de prison avec sursis et exclusion des marchés publics pendant 5 ans.

Rappelons que l'affaire qui est examinée par le Tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre évoque les faits qui se sont déroulés entre 2007 et 2010. 2 millions auraient été dépensés par le SIAEG en dépense somptuaires. Le procès a pris un tournure politique hier, Amelius Hernandez ayant demandé la comparution, en tant que témoin, de Victorin Lurel. Une demande rejetée par le président du tribunal.
L’ancien ministre a immédiatement réagi sur les réseaux sociaux en expliquant qu’il n’avait jamais été impliqué dans la gestion du SIAEAG. 
Le Tribunal fera connaître son délibéré le 28 novembre prochain.
A la sortie, le comité des usagers de l'eau, à l'origine de la plainte et partie civile dans l'affaire, se dit satisfait.
©guadeloupe
©guadeloupe
Publicité