8ème tour de la Coupe de France : la Solidarité Scolaire s'incline face à l'US Sarre-Union

football
La Solidarité scolaire s'incline 2 à 0 face à l'US Sarre-Union
La Solidarité scolaire s'incline 2 à 0 face à l'US Sarre-Union
La déception pour les supporters de foot guadeloupéens. La Solidarité scolaire s'est inclinée face à son adversaire, l'équipe de Sarre-Union, 2 buts à 0. L'équipe alsacienne s'impose donc dans ce 8ème tour de la coupe de France en région parisienne.

C'était aujourd’hui le grand jour pour les joueurs de la Solidarité Scolaire. Et le 8e tour de la Coupe de France a livré son verdict ce dimanche 5 décembre, au stade Interdépart Robert Bobin 1, à Bondoufle, dans l'hexagone. Un verdict fatal. Malheureusement, ils n'ont pas réussi à s'imposer face aux Alsaciens de l'US Sarre-Union et ne se qualfieront pas pour les 32ème de finales.

C'est dire que l'équipe alsacienne de Sarre-Union aura réussi à leur mettre la pression. C'est pourtant à la 55ème minute que l'Alsacien Amine Groune offre le premier but de la rencontre à son équipe sur pénalty, après une faute dans la surface d'Emmanuel Lantidor sur Elvis Delgado.

Moins de dix minutes plus tard, c'est la double peine, après un centre de Seydou Simpara venu de la droite et repris par Amine Groune qui inscrit là son deuxième but (0-2, 62e). Et les mauvaises nouvelles ne s'arrêtent pas là pour la CSSS puisque Emmanuel Lantidor quitte la pelouse sur blessure. Il est remplacé par Ludovic Ludjien.  

Pourtant, les guadeloupéens étaient présents dans l’Hexagone depuis une semaine, afin de s’acclimater. Sans doute, les conditions météo ne leur ont pas été favorables, car il y fait actuellement très froid.

A revoir le match de football Solidarité Scolaire / Sarre-Union

Le match devait initialement se jouer aux Antilles le week-end dernier. Il a finalement lieu une semaine plus tard à Bondoufle en région parisienne. La fédération française de football a préféré reporter la rencontre et la délocaliser dans l'Hexagone, à cause du conflit social qui a éclaté mi-novembre en Guadeloupe, entraînant notamment des violences et des barrages.