Syndicat mixte ouvert : la plénière du Conseil départemental a pris l'eau

consommation
Plénière Département SMO
©Eddy Golbkahn
Les élus départementaux ont été convoqués aujourd'hui pour délibérer sur l'adoption des statuts du syndicat mixte ouvert. La réunion a dû être reportée faute de quorum atteint. Elle est reportée à demain 16 heures. 
Les élus départementaux ont été convoqués à 9h30 au Palais du Conseil départemental à Basse-Terre pour la 4ème réunion plénière de l’année 2020,

afin de délibérer sur la création immédiate d’un syndicat mixte ouvert de l’eau en charge des compétences eau et assainissement sur le périmètre des EPCI concernés

selon le communiqué du Conseil départemental.

Mais la salle l'hémicycle est restée quasiment vide.

La réunion n'a pu se tenir, car le quorum n'a pas été atteint, nous ont rapporté nos reporters sur place, Eddy Golabkan et Ronan Ponnet.
21 élus présents, alors qu'il en aurait fallu 22 pour que la réunion eût pu se tenir.

Selon notre reporter Ronan Ponnet, trois élus des Abymes ont annoncé qu'ils arriveraient en retard, mais seraient restés injoignables. 

Les élus doivent également à adopter les statuts de ce syndicat mixte ouvert.

La plénière a donc été reportée à demain 16h.
©Guadeloupe La 1ère

Le quorum ne sera pas indispensable puisqu'il s'agira d'un deuxième réunion. 
Ecoutez la réaction de Josette Borel Lincertin, interrogée par Ronan Ponnet

Josette Borel Lincertin


Le Philippe Gustin, préfet de la Guadeloupe démissionnaire pour devenir le directeur de cabinet du nouveau ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, avait déclaré lors de sa prise de fonction rue Oudinot que le dossier de l'eau en Guadeloupe était sa priorité. 

Mercredi, une motion signée par le Conseil départemental, la Région, et les EPCI, à l'exception de Cap Excellence et  Grand Sud Caraïbes, actait la création d'un syndicat mixte ouvert de l'eau. 
Le président de la communauté d'agglomération Cap Excellence, Eric Jalton, fait du règlement de la question de la répartition des dettes fournisseurs du SIAEAG, un préalable. Selon lui, chacun doit payer ses dettes. 

Les salariés du SIAEAG, eux ont voté un préavis de grève illimitée à partir de demain, mardi 28 juillet, à moins qu'une rencontre avec les représentants syndicaux n'aboutissent à un accord sur l'avenir des salariés d'ici là.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live