Test antigénique : Un sésame si difficile à obtenir le dimanche

coronavirus
files d'attente devant la pharmacie
La pharmacie de l'aéroport prise d'assaut ce dimanche pour les tests antigéniques ©O. Duflo
Ce lundi, de nombreux élèves doivent se présenter dans leur établissement scolaire avec un résultat de test, condition sine qua non pour qu'ils soient acceptés.Ce dimanche, ils n'étaient pas les seuls à avoir fait le pied de grue devant l'une des seules pharmacies qui pouvait leur donner ce résultat

Ce dimanche, les abords de la pharmacie de l'aéroport étaient plus prisés que les différents halls de la plateforme. Et pour cause, c'était l'unique officine à plusieurs kilomètres à la ronde, où il était possible d'effectuer les tests antigéniques. Un élément capital pour beaucoup, même si chacun avait forcément ses propres raisons.
Héléna Infirmière

©Guadeloupe

En premier lieu, de nombreux parents ont dû emmener leurs enfants pour effectuer ce test sans lequel ils ne pourront pas retourner à l'école ce lundi. Et même si la procédure a été allégée, la preuve de la négativité de l'élève est encore à fournir. 
Les parents

©Guadeloupe

Ensuite, il y a les voyageurs. Là aussi, la procédure a beau être plus simple au départ de Pointe-à-Pître, le test reste nécessaire particulièrement lorsqu'on n'est pas vacciné : 

Ils doivent également présenter le résultat d'un test RT-PCR (test biologique de détection du génome du virus SARS-CoV-2 sur prélèvement nasopharyngé) réalisé moins de 72 heures avant le vol ne concluant pas à une contamination par la covid-19 ou le résultat négatif d'un test antigénique spécifique (test permettant la détection de la protéine N du virus SARS-CoV-2) réalisé moins de 48 heures avant le vol.

Préfecture de la Guadeloupe

Les voyageurs  

©Guadeloupe

Et puis il a ceux qui, comme Rosalie, exercent une profession qui rend nécessaire l'assurance d'un test négatif .
Rosalie

©Guadeloupe

Alors bien sûr, il y a tous ceux qui ne comprennent pas ce grand chambardement et les positions des uns et des autres. Daïna et sa mère Madly en avaient gros sur le coeur ce matin à l'aéroport.
 

©Guadeloupe

Cela se passait ce deuxième dimanche de janvier, en temps de 5ème vague de la Covid 19.