Tué de sept balles dans la rue, parce qu'il trafiquait sur le territoire d'un autre

justice
Palais de Justice de Basse-Terre
Souké était trafiquant de drogue aux Abymes . Migaélé François Son assassin présumé aurait agi devant témoin avec un sentiment d’impunité si fort qu’il a aussi tiré cinq fois dans la foule faisant une blessée. Une affaire sur fond de trafic de drogue

C'est un trentenaire qui a l'allure d'un adolescent. Une houpette de locks, et des yeux absents.
Il est seul et tassé dans un coin de la cage vitrée de la cour d'assises.

Migaélé François de nationalité dominicaise, est là, debout devant ses juges, au micro. Il veut dresser son portrait, comme un gamin qui n'avait pas de chance. On sent que c'est un texte répété avec son avocate.

Arrivé à 7 ans de la Dominique, puis élève médiocre au collège de Morne à l'Eau, il est retourné à la Dominique.

Mais est-ce vraiment l'histoire d'un homme ou celle d'un trafic ? Le trafic de cannabis aux Abymes. Migaélé François risque la perpétuité.

Le 6 septembre 2019, vers 22 heures aux Abymes, Cour Méropée à Grand Camp, au coeur de ce vieux quartier de Vieux Bourg. Un petit dealer dominicais vendait de l'herbe. Son surnom, Souké. Apparemment, il faisait concurrence à un des revendeurs de Migaélé François. 
Ce dernier arrive en voiture, va discuter avec Souké, part, puis revient, tire son pistolet et fait feu sur Souké qui s'enfuit. Il le rattrape et lui tire sept fois dessus, le tuant bien sûr. 

Mais l'assassinat aeu des dizaine de témoins et la foule çois arrive. Migaélé François tire alors dans la foule à quatre ou cinq reprises et blesse, heureusement sans trop de gravité, une seule personne, une jeune femme, Amella Farel qu iest présente dans la salle du tribunal ; elle est la partie civile. 

Ce procès à bas bruit qui n'intéresse personne pose pourtant des questions essentielles : la puissance de la criminalité dominicaise en Guadeloupe, l'organisation de la vente de drogue au détail. Migaélé François dirigeait plusieurs dealers. Les armes utilisées sont modernes, d'où viennent-elles ? D'où vient la drogue ? 
Enfin, les effectifs de police sont ils suffisants pour surveiller, intervenir, enquêter ? 

Ce procès-là décrit une Guadeloupe où un homme, trafiquant de drogue, vient tuer un autre homme, trafiquant de drogue également, de sept balles, dans un lieu public, et tire cinq balles dans la foule, sans hésitations, sans frein. 
Des questions qui vont hanter les jurés de cette cour d'assises.