guadeloupe
info locale

Université des Antilles : La mission parlementaire suscite toujours les mêmes réactions

éducation
Université des Antilles campus de Fouillole
©J-M. Mavounzy
Une nouvelle fois, la mission parlementaire d’évaluation de la loi qui a transformé l’Université des Antilles Guyane en Université des Antilles est annoncée en fin septembre, et une nouvelle fois elle provoque la colère du Pôle Guadeloupe qui craint toujours qu'elle ne soit pas équitable 
« Veut on liquider le pôle Guadeloupe et le président de l’université des Antilles ». Un article signé du collectif de défense du pôle universitaire de Guadeloupe circule sur les réseaux sociaux et de nouveau, la colère gronde à Fouillole.
Tous redoutent que Josette Manin, l’élue de l’île sœur, soit juge et partie. Par soucis d’équité, si la député Martiniquaise est de cette mission d’évaluation, ils souhaitent qu’un député Guadeloupéen y ait également sa place. Sinon, à leurs yeux, Josette Manin doit purement et simplement être écartée. Pas en raison de sa personne mais pour des questions d’équilibre.
C’était déjà leur demande début avril à l’annonce de la première visite de cette mission parlementaire. L’administrateur provisoire du pôle Guadeloupe avait alors écrit au président de l’Assemblée Nationale et aux ministres de l’enseignement supérieur et des outremers pour faire connaître son mécontentement face à la composition de cette mission.
Depuis, rien n’aurait changé, seule la date de la visite aurait été différée et annoncée désormais pour fin septembre mais avec toujours les mêmes députés.
En toile de fond, c’est l’équité dans la répartition des moyens que la Guadeloupe redoute de voir mise à mal. Au regard des critères de la loi, Fouillole et le Camps Jacob devraient aujourd’hui disposer de 66% des moyens contre 34 pour la Martinique. Sauf que Schoelcher prônerait le statut quo, soit 60/40.
Avec une Martiniquaise et sans Guadeloupéen, tous craignent que la subjectivité ne l’emporte sur l’objectivité. Reste désormais à savoir si le tout nouveau vice président de Pôle fraîchement élu acceptera lui de recevoir cette mission en l’état.
VOIR 
©guadeloupe
Plusieurs voix s'élèvent en Guadeloupe pour demander aux parlementaires de l'Archipel de prendre position dans ce dossier. "La loi doit être respectée et donc impartiale", rappelle Didier Destouches, ancien vice-président du Pôle Guadeloupe de l’UA
©guadeloupe
Dans un communiqué de presse, le député Max Mathiasin, propose que la composition de cette commission soit revue.
Il demande qu’un parlementaire de la Guadeloupe en fasse partie. Et il se présente lui-même comme un collaborateur de longue date avec le pôle Guadeloupe de l’UA. Il écrit encore que « c’est en toute impartialité qu’il entend examiner avec d’autres la question de la performance et de la répartition des moyens entre les 2 pôles Guadeloupe et Martinique 
Publicité