Vive confrontation entre un riverain et des gendarmes à la Boucan Sainte-Rose

coronavirus
Confrontation Riverain contre gendarmes
Pourquoi un tel déploiement de gendarmes, dimanche de Pâques, à La Boucan, pour des faits présumés de tapage ? L'intervention a tourné à l'affrontement. L'incriminé crie à la violation de domicile, tandis que le commandant de la gendarmerie appelle à plus de civisme, entre voisins.

La brutale escalade d'une intervention


Les images ont fait le tour des réseaux sociaux : celles d’un conséquent escadron de gendarmes déployés devant la maison d’un habitant de La Boucan/Sainte-Rose, soupçonné de trouble de voisinage. Sur les vidéos, on voit plusieurs militaires pointant leurs armes sur l’homme qui, lui, brandissait son coutelas. Un riverain excédé, insultant copieusement les militaires, qui auraient pénétré sa propriété sans sommation.

Les faits remontent à dimanche matin, peu avant 10h00.

Tout est parti de l’appel d’un voisin, pour tapage et trouble de voisinage.
Comme le riverain incriminé ne répondait pas à leurs appels, les gendarmes de la patrouille dépêchée sur place ont décidé d'entrer. Ce qui a surpris l'occupant de la maison, confiné avec son fils. Le ton est très vite monté, le jeune garçon aurait été bousculé, un taser et une arme de service ont été sortis des étuis des forces de l'ordre... ce serait à ce moment-là que le résidant aurait brandi son coutelas, considéré comme une arme blanche.

Suite à l’émotion suscitée par ces vidéos, le Général Thierry RENARD, commandant de gendarmerie de la Guadeloupe et des îles du Nord, a tenu à revenir sur cet épisode :

Général RENARD

Georges (appelons-le ainsi pour préserver son anonymat) n’a pas compris pourquoi "22 militaires" se sont présentés chez lui, pour lui demander de baisser sa musique, en plein dimanche de Pâques, alors qu’il respectait les règles de confinement.
Ce père de famille a perdu patience en voyant, selon ses dires, trois gendarmes enjamber sa barrière, pénétrer chez lui, bousculer son fils, armes et taser au poing.
Voici sa version des faits :

Georges, résidant de La Boucan Sainte-Rose

Georges, DJ professionnel et, donc, connaisseur des niveaux sonores et de la réglementation en vigueur, ne reconnaît pas l’accusation de "tapage".
Quoiqu'il en soit, si le Parquet se saisi de ce dossier, le Sainte-Rosien risque d’être poursuivi pour outrage vis-à-vis des gendarmes et menace avec arme contre des personnes dépositaires de la loi.
 

Tensions, sur fonds de confinement


Le Général Thierry RENARD tient à rappeler qu’en ces temps de confinement, les tensions sont de plus en plus palpables, lors des interventions des gendarmes.
Trois militaires ont été blessés, durant ce week-end pascal : un par un individu ayant fait usage d’un cric de voiture, un motard de la gendarmerie a été déséquilibré par un contrevenant et un autre a été blessé à la cheville lors d’une intervention liée à de la violence intra-familiale.

L'occasion, pour le commandant de gendarmerie, de rappeler la nécessité de faire preuve de sérénité, de respecter les règles de confinement et d'agir en bons voisins, notamment en évitant les bruits intempestifs (tondeuses, débroussailleuses, musique tonitruante, etc.).