Xavier Bonhomme à Fond Sarail pour expliquer "Déposez les armes"

justice
Xavier Bonhomme à Fond Sarail
©J. Boecasse
"Deposez les armes" Le procureur de la république de Pointe-à-Pître lance une nouvelle campagne de lutte contre la violence en détention. Une action qui ne dure qu'une journée mais elle est dénoncée par les gardiens de prison qui l'estime inadaptée au milieu carcéral

e...
Dans un communiqué explicatif, Xavier Bonhomme fixe en préambule les objectifs de cette action. Ce matin, en présence de Béatrice Blanc, Présidente du Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre et de Nourredine Brahimi, chef d'établissement du Centre Pénientiaire, il a tenu à mettre en avant les intérêts de l'action lancée par lui. Pour lui, il s'agit de mettre en place de nouveaux moyens pour lutter contre la prolifération des armes artisanales au sein du centre pénitentiaire de Baie-Mahault et surtout de faire diminuer les violences entre détenus ou contre les surveillants. Concrètement, les détenus ont été invités à remettre les armes qu'ils détiennent dans leur cellule, armes qu'ils ont bien souvent fabriqués eux-mêmes et dont ils peuvent à tout moment se servir pour se défendre ou pour agresser d'autres personnes. en échange, ils obtiendront une remise de 30 jours de peine.
Les armes artisanales en prison
Les armes artisanales en prison ©J. Boécasse

 

©guadeloupe

De leur côté, les gardiens de prison portent un tout autre regard sur une telle action. La récente agression perpétrée par un détenu contre un gardien attise encore plus leur mécontentement. Selon eux, cette opération "Déposez les armes" gratifierait les prisonniers les plus dangereux et laisserait de côté ceux qui ont un bon comportement. 

©guadeloupe

Lundi prochain les gardiens de prison devraient manifester leur colère devant l'enceinte de l'établissement pénitentiaire. 
L'opération "Déposez les armes" s'est donc déroulée de 8H30 à 11H00 sur le centre de détention :
62 personnes détenues se sont engagées dans cette action et 52 armes artisanales ont ainsi été récupérées par les agents pénitentiaires.