15 mois d'emprisonnement requis dont six mois probatoires à l'encontre de Véra Zulemaro

justice
Le palais de justice du larivot
Le palais de justice du larivot ©Jocelyne Helgoualch
Véra Zulémaro est jugé pour violence aggravée et tentative d'enlèvement à l'encontre de deux SDF de Kourou, suite au cambriolage du domicile de sa mère.
Le procureur a requis 15 mois d'emprisonnement dont six mois probatoires (sursis avec mise à l'épreuve), cinq ans d'interdiction de port d'armes et la révocation de son sursis, car Véra Zulémaro avait déjà été condamné. L'avocat de la défense a demandé de faire preuve d'apaisement, en adaptant la sentence au regard du contexte insécuritaire de la Guyane. Il n'a pas demandé la relaxe, car les faits sont établis. La cour s'est retirée, le jugement sera certainement rendu aujourd'hui.


Rappel des faits 

Dans la soirée du 10 juillet, plusieurs objets sont dérobés au domicile d'une famille de Kourou. Prévenus dans la soirée par le fils de la propriétaire des lieux les gendarmes se rendent sur place le lendemain matin pour faire les constatations. Le 12 juillet au soir, la gendarmerie est informée d'une "agression violente de deux SDF de Kourou par un individu porteur d'une planche en bois cloutée" selon le parquet. Les deux victimes bénéficient alors de l'équivalent de 6 et 10 jours d'ITT, les médecins constatant "des perforations de la peau à plusieurs endroits". "Les victimes relataient avoir été abordées par un individu qui leur a demandé s'ils avaient le nom du voleur" a précisé le parquet, lors de sa communication sur cette affaire. "Une des victimes ajoute qu'après avoir été frappée, le mis en cause l'a ligotée et s'apprêtait à le mettre dans sa voiture quand un témoin est intervenu". L'enquête révélera ensuite que le fils de la victime du cambriolage commis le 10 juillet est l'auteur de ces actes. Placé en garde à vue, il a reconnu les faits, en expliquant que les SDF l'auraient agressé l'un à la suite de l'autre. Véra Zulémaro a été déféré au parquet pour violences aggravées et tentative d'enlèvement, puis placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès.
Il est soutenu par l'association Trop Violans qui a organisé un défilé à Kourou le 25 juillet dernier. Les soutiens sont rassemblés à l'extérieur du tribunal en attente du verdict.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live