Les suites de l'expulsion avortée de la Savane Bordelaise

social
Expulsion à la Savane Bordelaise à Macouria
©guyane 1ère
Après 5 années de combat juridique, le propriétaire d'une parcelle occupée illégalement au lieu dit  Savane Bordelaise à Macouria a obtenu gain de cause. 24 familles installées sans autorisation sur son terrain sont menacées d'expulsion. Elles devront partir d'ici la mi septembre. 
Le 29 juillet dernier, les forces de l'ordre venues  à la Savane Bordelaise faire exécuter une décision de justice qui ordonnait l'expulsion d'occupants sans titre avaient renoncé face à l'opposition des habitants.  En effet, le propriétaire de la parcelle de 12 hectares sur la commune de Macouria a obtenu gain de cause en justice pour effectuer toutes les démarches pour la récupération de son bien, dont l'expulsion des 24 familles installées sur le site. L'opération qui n'a pu être menée à son terme a donc été retardée.


Un relogement possible pour certaines familles

Néanmoins les démarches se poursuivent avec les services de l'Etat pour déloger ces personnes de leur habitat actuel et en même temps pour les reloger. Mais comme le précise le secrétaire général de la préfecture, ces familles immigrées en situation régulière ne peuvent toutes prétendre à un relogement. L'étude se fait donc au cas par cas mais de manière accélérée, la date butoir de remise du terrain étant fixée au 15 septembre.
Une situation humaine d'autant plus difficile à gérer face à la crise du logement que connaît depuis des lustres notre département.

Le reportage de Claire Giroud et Martial Gritte.